Des milliers de Pakistanais protestent contre la republication de caricatures de Mahomet

Publié le à ISLAMABAD (Pakistan)

Des milliers de Pakistanais sont descendus dans les rues du pays vendredi pour exprimer leur colère face à la republication de caricatures du prophète Mahomet par le journal satirique français Charlie Hebdo à l'occasion de l'ouverture du procès des attentats djihadistes de janvier 2015 en France. Le procès des attaques djihadistes contre Charlie Hebdo, des policiers et le magasin Hyper Cacher, qui ont fait 17 morts et soulevé une onde de choc internationale, a débuté mercredi à Paris. Le journal satirique a, pour marquer l'ouverture de ce procès, remis en Une les caricatures du prophète Mahomet, qui en avaient fait une cible des djihadistes. "Nous ne nous coucherons jamais. Nous ne renoncerons jamais", avait déclaré le directeur de l'hebdomadaire satirique Riss. Le ministère des Affaires étrangères Shah Mahmood Qureshi avait déjà condamné cette nouvelle publication. Des milliers de personnes ont, vendredi après la prière, répondu présent aux manifestations annoncées cette semaine, plaidant pour le boycott de la France et l'expulsion de l'ambassadeur français. "Nous devons envoyer un message fort aux Français pour leur faire comprendre que ce manque de respect envers notre prophète bien-aimé ne sera pas toléré", a déclaré l'un des manifestants ayant pris part à un rassemblement à Lahore (Est). La représentation des prophètes est strictement interdite par l'islam sunnite. Ridiculiser ou insulter le prophète Mahomet est passible de la peine de mort dans certains pays musulmans, dont le Pakistan. (Belga)
© 2020 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info