Des ONG polonaises dénoncent les refoulements des migrants vers le Bélarus

Publié le à Varsovie

Des militants de différentes ONG polonaises ont accusé jeudi le gouvernement conservateur nationaliste d'avoir refoulé de force au moins des dizaines de migrants vers le Bélarus, après les avoir détenus sur le territoire polonais.Ces derniers mois, des milliers de migrants, originaires pour la plupart du Moyen-Orient, ont traversé ou tenté de franchir, depuis le Bélarus, la frontière de l'UE, vers la Lettonie, la Lituanie et la Pologne.  L'Union européenne a accusé le Bélarus d'orchestrer l'afflux de migrants en représailles aux sanctions imposées par l'UE à la suite de la répression de l'opposition par le régime de Minsk.  La Pologne a envoyé des milliers de soldats à la frontière polono-bélarusse, longue de 400 kilomètres, construit une clôture de barbelés sur une longue section et instauré un état d'urgence local qui interdit aux journalistes et aux militants de se rendre dans la zone frontalière.  Mais des représentants d'organisations non gouvernementales ont indiqué aux journalistes à Varsovie de rester en contact avec des migrants et d'avoir documenté des dizaines de refoulements, une pratique très controversée qui empêche les migrants de présenter des demandes d'asile.  "Ils les attrapent et les conduisent aux postes de garde-frontières et de la police. La nuit, ils les mettent dans des camions militaires, les emmènent à la frontière et les forcent avec violence à repasser de l'autre côté", a déclaré Marysia Zlonkiewicz, du groupe d'aide aux réfugiés uchodzcy.info.  "Nous envisageons des actions en justice, notamment dans les cas où nous savons que les personnes décédées avaient eu un contact avec les garde-frontières", a-t-elle ajouté.  Quatre personnes ont été retrouvées mortes dimanche à la frontière, selon des responsables bélarusses et polonais.  Interrogé mercredi sur les refoulements, le vice-ministre de l'Intérieur Maciej Wasik a déclaré à Radio Plus que la Pologne utilisait "tous les moyens légaux" pour protéger sa frontière.  "Nos méthodes ne diffèrent en rien de celles utilisées par les autres garde-frontières", a-t-il estimé.  Le porte-parole du gouvernement, Piotr Muller, a déclaré jeudi que la Pologne fournirait une assistance médicale si nécessaire aux migrants qui ont traversé la frontière, "mais le rôle des garde-frontières est d'empêcher les personnes non autorisées de la traverser".  Les détracteurs du gouvernement populiste de droite polonais l'accusent d'utiliser cette question à des fins électorales et d'employer des méthodes musclées contre les demandeurs d'asile.  Lundi, les garde-frontières ont indiqué qu'en août, ils avait détecté 3.500 passages de frontière, réussis ou déjoués.  Pour le mois de septembre, ce chiffre s'élève à 4.100. (Belga)
© 2021 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info