Deux jours après l'attaque, la police fait bloc à Champigny-sur-Marne

Publié le à CHAMPIGNY-SUR-MARNE (FRA)

"Ils ont attaqué un sanctuaire, c'est quoi la prochaine étape?" Une centaine de policiers se sont rassemblés lundi pour crier leur "ras-le-bol" devant le commissariat de Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne), cible d'une attaque aux mortiers d'artifice samedi soir. Derrière une banderole "notre sécurité a un prix", plusieurs dizaines de membres des forces de l'ordre ont brandi devant la presse des pancartes sur lesquelles ils apparaissent comme des cibles. "On est là pour dire 'stop', 'ras-le-bol'. On veut que le gouvernement prenne des mesures fortes pour nous protéger", explique à l'AFP Bruno Angelo, secrétaire régional adjoint d'Unité SGP Police Paris. "Ce qui s'est passé samedi soir, c'est la goutte d'eau. Depuis les attentats de Charlie Hebdo, on ne cesse d'être sur le terrain, d'être le rempart de la République, il faut aujourd'hui qu'il y ait de véritables sanctions pénales", ajoute-t-il. "Si ces jeunes voyous sont sanctionnés à la hauteur de leurs actes, ils y penseront à deux fois avant de recommencer." L'attaque du commissariat, situé au coeur de la cité de Bois-L'Abbé, l'un des trois quartiers en Zone de sécurité prioritaire de Champigny-sur-Marne, s'est produite samedi peu avant minuit. Deux agents étaient devant le commissariat en train de fumer lorsque les assaillants, visage dissimulé et armés de barres de fer, sont arrivés, cassant notamment des vitres de véhicules de police et la porte vitrée de l'entrée. Les deux fonctionnaires ont juste eu le temps de se mettre à l'abri dans le sas de sécurité de l'entrée du commissariat. Des mortiers d'artifices ont été tirés contre la façade, sans faire de blessé. (Belga)
© 2020 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info