Erdogan et Biden d'accord pour "bâtir une coopération plus étroite"

Publié le à Istanbul

Le président turc Recep Tayyip Erdogan et son homologue américain Joe Biden ont convenu vendredi "de bâtir une coopération plus étroite" sur les sujets intéressant leurs pays, alliés au sein de l'Otan, lors de leur premier entretien téléphonique depuis l'investiture du second."Les deux dirigeants ont convenu du caractère stratégique de la relation bilatérale et de l'importance de travailler ensemble à bâtir une coopération plus étroite sur les sujets d'intérêt mutuel", a indiqué la présidence turque dans un compte-rendu de cette conversation. Il n'y est fait aucune mention de l'annonce attendue de la reconnaissance par M. Biden du génocide arménien par les troupes de l'Empire ottoman en 1915, une décision susceptible de susciter la colère d'Ankara. En dépit de décennies de pressions de la part de la diaspora arménienne aux Etats-Unis, les présidents américains qui se sont succédé à la Maison Blanche ont évité le sujet, inquiets des conséquences pour les relations avec la Turquie, allié historique de Washington et membre de l'Otan. M. Biden avait promis en 2020, durant sa campagne présidentielle, de reconnaître le génocide arménien. Lors d'une réunion avec des conseillers jeudi, M. Erdogan "a indiqué qu'il continuerait de défendre la vérité contre ceux qui soutiennent le mensonge du soi-disant 'génocide arménien' (...) à des fins politiques", selon son cabinet sans faire référence à l'annonce possible de M. Biden. Plusieurs sujets de désaccord entre Ankara et Washington ont distendu leurs relations: de l'achat par la Turquie du système de défense antiaérienne russe S400 au soutien américain aux milices kurdes syriennes, en passant par le refus américain d'extrader le prédicateur musulman Fethullah Gülen, accusé d'avoir orchestré le coup d'Etat de 2016 contre M. Erdogan. Durant sa conversation avec M. Biden, M. Erdogan a noté que "régler les problèmes de la présence du FETO (acronyme utilisé par Ankara pour décrire le mouvement de Fethullah Gülen) aux Etats-Unis et le soutien américain aux organisations terroristes PKK-PYD en Syrie étaient important pour faire avancer les relations turco-américaines", selon la présidence turque. (Belga)
© 2021 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info