Evenepoel espère une exception pour les coureurs professionnels concernant les distances

Publié le à BRUXELLES (Belgique)

Remco Evenepoel espère une exception pour permettre aux cyclistes professionnels de continuer à s'entraîner à l'extérieur alors que le ministre de l'Intérieur Pieter De Crem (CD&V) n'exclut pas la possibilité que le Conseil National de Sécurité de vendredi impose une restriction de distance. Evenepoel a discuté par vidéo avec différents médias jeudi, évoquant notamment l'influence de la crise du coronavirus sur son quotidien. "J'essaie de ne pas tomber malade et je fais de mon mieux. Le matin, je vais m'entraîner. Sur le côté, j'essaie, comme tout le monde, de rester autant que possible à la maison et j'aide plus à la maison. C'est un peu une question de rester occupé à l'intérieur", a expliqué le coureur de Deceuninck-Quick Step. "C'est aussi étrange de devoir adapter nos entraînements: seul ou maximum à deux tandis que dans une période calme en courses c'est plutôt en petit groupe. Mais ce n'est qu'une réflexion. Je suis déjà heureux de pouvoir encore m'entraîner à l'extérieur. Beaucoup de mes équipiers ne peuvent pas le faire à l'étranger. Je pense que c'est l'une des règles les plus stupides qu'ils ont établies, ne pas laisser les gens sortir pour faire une promenade à vélo ou à pied. Quand tu regardes ou écoutes les études, aller à l'extérieur ne pose pas problème et il n'y a pas de risque de tomber malade ou d'attraper le virus si tu respectes les distances. Je recommanderais à tous ces pays de laisser les athlètes s'entraîner à l'extérieur, mais bien sûr, je n'ai rien à dire à ce sujet. J'ai donc beaucoup de chance de pouvoir m'entraîner dehors. Si cela devait être comme en France ou en Italie, je deviendrais fou, la vie deviendrait très dure. Nous pouvons parler de chance ici en Belgique." Le ministre de l'Intérieur Pieter De Crem a toutefois suggéré, jeudi après-midi, après des plaintes de la police au sujet de règles quelque peu floues, que "une promenade à vélo de 50 kilomètres n'est hélas plus possible." Evenepoel a réagi avec surprise. "Ici en Belgique? Je ne sais pas si un plan va suivre. Si c'est ainsi je ferai peut-être deux fois 50 km (rires)." Cette proposition intervient alors que les agents ont des difficultés à interpréter et à faire respecter les mesures. "Je comprends qu'ils puissent avoir du mal avec ça, mais nous sommes des athlètes professionnels, nous devons être en mesure de nous entraîner", a confié le Sportif belge de l'année. "Ils pourront peut-être alors nous imposer des règles différentes afin que nous puissions effectuer notre entraînement correctement. Je les comprends. J'y ai déjà réfléchi, je vois ce qui se passe. On voit de plus en plus de gens qui se promènent, par endroits beaucoup de grands groupes de personnes. Ainsi, les mesures prises pour que nous ne nous réunissions pas trop tombent à l'eau. Alors oui, peut-être qu'il est bon de clarifier les règles, mais j'espère une exception pour les coureurs professionnels". (Belga)
© 2020 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info