Fonds libyens - Un volet "corruption" peut-être ajouté à l'enquête

Publié le à BRUXELLES (Belgique)

L'Office central pour la répression de la corruption (OCRC) a transmis il y a une quinzaine de jours aux magistrats bruxellois un procès-verbal pour demander l'ouverture d'un volet "corruption" à l'enquête sur les fonds libyens, rapport Le Soir samedi.Cette enquête est, depuis 2015, diligentée par le parquet de Bruxelles sous la férule du juge d'instruction Michel Claise. L'instruction a été initiée par l'ex-ASBL du prince Laurent, qui avait porté plainte pour "abus de confiance" et "blanchiment" d'argent. L'OCRC se base sur le courrier de Laurent envoyé au Premier ministre Charles Michel le 24 janvier dernier, révélé récemment par la RTBF et Le Vif. D'après Le Soir, le prince Laurent faisait référence dans cette lettre à deux séquences de tentatives de corruption. En 2010, des dignitaires libyens auraient adressé des demandes de commissions à GSDT, l'ASBL du prince. Laurent aurait refusé, ce qui aurait entraîné l'abandon du contrat de reboisement du pourtour de Tripoli. Dans un second temps, le prince aurait été approché pour l'aider à régler le litige, moyennant des commissions substantielles. Des "intermédiaires véreux" que Laurent pointe dans sa lettre du 24 janvier. Le parquet doit désormais décider si un volet "corruption" est ajouté au dossier. (Belga)
© 2019 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.