"Il faut mettre un terme à l'endiguement des personnes sur les îles grecques"

Publié le à LESBOS (Grece)

Sept organisations humanitaires ont demandé jeudi, de concert, aux dirigeants européens de mettre immédiatement un terme à l'endiguement des personnes sur les îles grecques. Selon les organisations MSF, Europe Must Act, Help Refugees, Legal Centre Lesvos, Lesvos Solidarity, Refugee Rights Europe et Still I Rise, un mois après les incendies qui ont détruit le camp de réfugiés de Moria, plus de 7.500 personnes sont toujours "piégées dans des conditions inhumaines" dans un camp nouvellement construit à Lesbos. Des milliers d'autres, dont 7.000 enfants, continuent de vivre dans d'autres camps indignes et dangereux sur les îles de la mer Égée, ajoutent-elles. Et de préciser que les commissaires européens avaient pourtant promis il n'y aurait "plus de Moria". Le nouveau pacte sur l'asile et la migration de la Commission européenne, présenté il y a deux semaines et discuté aujourd'hui au sein du Conseil "Justice et affaires intérieures", ne répond pas aux demandes des ONG. Plus d'un demi-million de personnes ont signé des pétitions qui demandent aux dirigeants européens d'évacuer les migrants gardés sur les îles grecques et de mettre fin aux politiques d'endiguement, indique MSF. Pourtant, les gouvernements et les institutions européennes semblent réaffirmer leur engagement en faveur des mêmes politiques qui ont engendré les incendies, regrette l'organisation médicale humanitaire d'urgence. D'après les différentes associations, le Pacte sur l'asile et la migration reflète l'échec de l'approche européenne relative aux hotspots des îles, étend les procédures frontalières obligatoires et est ouvertement orienté vers la dissuasion et le retour, au lieu de prévoir une protection et un accueil humains. "Stop, c'est stop. Nous réitérons notre appel à évacuer d'urgence les îles et à amener les personnes dans des logements sûrs et dignes, en se concentrant sur la réinstallation de celles-ci dans toute l'Europe", souligne le responsable des opérations de MSF, Stefano Argenziano. "Nous demandons instamment aux dirigeants européens de mettre immédiatement un terme à l'endiguement des personnes sur les îles grecques, et d'abandonner les propositions visant à perpétuer les installations frontalières dans toute l'Europe", conclut-il. (Belga)
© 2020 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info