Iles Salomon: retour au calme après des émeutes meurtrières

Publié le à Honiara (Salomon)

Les rues étaient relativement calmes samedi à Honiara, capitale des îles Salomon dans l'océan Pacifique, après plusieurs jours d'émeutes qui ont fait au moins trois morts et réduit des pans entiers de la ville en fumée.Les corps de trois personnes tuées dans les troubles ont été découverts samedi dans un magasin du quartier chinois - entièrement incendié - de Honiara, selon la police. Une enquête a été ouverte pour tenter de déterminer les causes de la mort de ces personnes, premiers décès répertoriés depuis le début des émeutes mercredi dernier. Une poignée de stations-service, magasins et autres commerces ont rouvert prudemment, les habitants de Honiara se pressant pour acheter des produits de première nécessité tandis que les troubles s'apaisaient. Ce qui avait commencé comme une petite manifestation mercredi s'est rapidement transformé en une violente mêlée générale, les habitants pauvres de la capitale se joignant aux manifestants anti-gouvernementaux à la recherche de choses à manger ou à vendre à travers les vitres brisées et les décharges calcinées.   Pendant trois jours, des foules en colère ont traversé la capitale balnéaire, habituellement paisible, pour exiger le retrait du Premier ministre Manasseh Sogavare. Deux ans de fermeture des frontières en raison de la pandémie de coronavirus ont fini par asphyxier l'économie des îles Salomon, déjà ravagée, aggravant le chômage et la pauvreté dans cet archipel de 800.000 personnes. Un couvre-feu nocturne et la présence des quelque 150 soldats étrangers de maintien de la paix envoyés par l'Australie et la Papouasie-Nouvelle-Guinée ont semblé apaiser les tensions.  Plus d'une centaine de personnes ont été arrêtées, soupçonnées d'avoir participé aux émeutes, a déclaré samedi la police des îles Salomon qui tente de rétablir l'ordre. Les causes de ces émeutes sont multiples. Outre la colère vis-à-vis du gouvernement et les difficultés économiques aggravées par la pandémie, il y a la rivalité historique entre les habitants de l'île la plus peuplée du pays, Malaita, et ceux de Guadalcanal, île où se situe la capitale administrative du pays. Les habitants de Malaita ont le sentiment d'être abandonnés par le gouvernement central et les différends se sont intensifiés quand, en 2019, le gouvernement de M. Sogavare a décidé de plus reconnaître diplomatiquement Taïwan mais la Chine. (Belga)
© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info