Incendies à Moria: "état de vigilance avancée" dans les camps migrants en Grèce

Publié le à ATHÈNES (GRC)

Le gouvernement grec, "préoccupé" de la situation à Lesbos après les deux incendies qui ont ravagé le camp surpeuplé de Moria, a indiqué jeudi avoir accru "sa vigilance" dans les camps migrants surtout dans ceux où l'isolement a été imposé pour cause du Covid-19. "Nous sommes en état de vigilance avancée et le ministère de la Protection du citoyen maintient un degré élevé" de sécurité dans les camps de migrants où l'isolement a été imposé ces derniers jours après la détection des cas du Covid-19, a indiqué le porte-parole du gouvernement Stelios Petsas lors d'un point de presse. Au moins trois camps de migrants près d'Athènes sont en isolement depuis le début de la semaine en Grèce continentale. À Lesbos, au lendemain de la détection de 35 personnes contaminées par le Covid-19 à Moria, le plus grand et insalubre camp de l'Europe, et son placement en isolement, deux incendies ont ravagé presque l'ensemble de cette structure, laissant sans abri environ 12.000 personnes. Le gouvernement a ouvert une enquête pour déterminer les causes de ces incendies tout en indiquant que des demandeurs d'asile seraient à l'origine des incidents et des feux pour contraindre les autorités de les transférer en Grèce continentale. Mais Stelios Petsas a exclu tout transfert des demandeurs d'asile de Moria sur le continent à l'exception des mineurs non accompagnés. "Certains ne respectent pas le pays qui les accueille (...) ils ont mis un second feu mercredi soir car ils croient qu'ils peuvent quitter l'île. Seuls les enfants non accompagnés seront transférés" en Grèce continentale, a souligné Stelios Petsas. Le camp de Moria, surnommé "la jungle" en raison de sa surpopulation et ses conditions insalubres, est l'un des cinq centres d'enregistrement et d'identification mis en place par l'Europe sur des îles grecques en mer Egée, lors de la grande crise migratoire de 2015, pour limiter le nombre des exilés venant de la Turquie voisine. Seules les personnes vulnérables, surtout des familles et des mineurs, sont autorisées à être transférées en Grèce continentale. La grande partie de demandeurs d'asile y sont bloqués pendant plusieurs mois, voire des années. (Belga)
© 2020 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info