Jean-Claude Fontinoy accusé d'avoir perçu un pot-de-vin de 50.000 euros

Publié le à BRUXELLES (Belgique)

Un témoin accuse Jean-Claude Fontinoy, l'ancien homme de confiance du commissaire européen Didier Reynders, à l'époque expert au cabinet des Affaires étrangères, d'avoir accepté en 2017 une enveloppe de 50.000 euros pour intervenir dans le dossier des fonds libyens, ressort-il d'une enquête de Médor et Le Soir, qui publie l'information jeudi.Au début de l'été 2017, M. Fontinoy, aurait reçu un montant cash de 50.000 euros de l'homme d'affaires Aldo Vastapane pour trouver une solution politique au litige opposant le prince Laurent à la Libye, État sommé par un jugement belge de 2014 de lui rembourser 48 millions d'euros investis à fonds perdus dans un projet environnemental. Ces accusations de corruption figurent dans un procès-verbal réceptionné à la fin de l'année dernière par le procureur général de Liège, Christian De Valkeneer. Le P-V a été transféré au parquet général de Bruxelles: "Je confirme qu'un P-V établi par un magistrat dans le cadre de l'article 29 CiC, durant l'automne 2020, nous a été transmis par le parquet général de Liège, comportant des accusations dirigées contre M. Jean-Claude Fontinoy. Nous avons transmis le dossier au parquet de Bruxelles pour suite d'enquête, a fait part la porte-parole Liliane Briers. "Dans l'intérêt de l'enquête, nous ne souhaitons faire aucun commentaire", prolonge un porte-parole du parquet de Bruxelles. (Belga)
© 2021 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info