Jean-François Istasse succède à Muriel Targnion comme bourgmestre de Verviers

Publié le à BRUXELLES (Belgique)

Lors du conseil communal de Verviers lundi, les 37 élus verviétois ont été amenés à se prononcer sur la destitution de la bourgmestre en place, Muriel Targnion, et dans la foulée sur la constitution d'une nouvelle majorité menée par Jean-François Istasse (PS) et composée par quatre partis : PS, MR, cdH, NV. Pour y arriver, la nouvelle majorité a élaboré une "motion de méfiance mixte", comme annoncé. Celle-ci comportait ainsi une motion collective à l'égard de l'ensemble du collège et trois motions individuelles: une contre Muriel Targnion, la bourgmestre en place, une contre Hassan Aydin (PS), président du CPAS, et une contre Sophie Lambert (PS), troisième échevine. Une fois ces derniers déclarés inaptes à la fonction de bourgmestre, Sophie Lambert a ensuite été réintégrée comme 4e échevine tandis que Hassan Aydin a été déclaré pressenti comme président du CPAS. Une "combine" au Code de démocratie, disent certains conseillers, et qui était nécessaire pour que ces deux élus restent au sein du nouveau collège communal. Sans ce "montage juridique", cela n'aurait pas été possible. Le Code de démocratie locale interdit en effet aux personnes figurant sur les trois premières places de la liste de refuser le mayorat. Mais, une fois évincés via des motions de méfiance individuelle, l'article du Code ne devait plus s'appliquer à leur encontre. Consécutivement au dépôt de cette motion de méfiance, trois conseillers du groupe PS ont déposé des actes de renonciation à la fonction de bourgmestre, à savoir Malik Ben Achour, Konda Antoine Lukoki et Said Naji. Plus rien ne s'opposait alors à la nomination de Jean-François Istasse comme nouveau bourgmestre verviétois. Cette façon de procéder est vue comme une manière de contourner les dispositions du Code de démocratie par la bourgmestre destituée. C'est pourquoi Muriel Targnion a annoncé qu'elle avait saisi le Conseil d'Etat en extrême urgence. Le groupe Ecolo, qui ne cautionne pas ce "montage", déposera lui aussi un recours auprès de Pierre-Yves Dermagne, ministre wallon des Pouvoirs Locaux. "C'est une politique qui dégoûte, qui révulse", ont commenté les Verts durant le conseil. (Belga)
© 2020 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info