L'Allemagne "côte à côte" avec les États-Unis devant les "problèmes mondiaux"

Publié le à BERLIN (Allemagne)

Angela Merkel a assuré lundi que l'Allemagne était prête à affronter "côte à côte" avec les États-Unis et le président élu Joe Biden les "problèmes mondiaux" comme le réchauffement climatique et la pandémie de coronavirus. La chancelière allemande, dont les relations avec Donald Trump étaient compliquées, a "félicité très chaleureusement" Joe Biden, dans une déclaration à la presse. Mme Merkel a salué "l'expérience en politique intérieure et étrangère" de celui qui deviendra en janvier le 46e président des Etats-Unis. "Il connaît bien l'Allemagne et l'Europe", a souligné Mme Merkel, sans évoquer l'actuel président, qui ne s'est jamais rendu en Allemagne durant ses quatre années de mandat. Mme Merkel, première femme à diriger l'Allemagne, s'est également réjouie que le poste de vice-président soit occupé par une femme, Kamala Harris, une "source d'inspiration pour beaucoup, un exemple des possibilités de l'Amérique". "L'amitié entre nos deux pays a fait ses preuves depuis des décennies (...) C'est un trésor commun", a souligné Mme Merkel, qui va connaître avec M. Biden son quatrième président américain depuis qu'elle est chancelière. "Nous sommes alliés au sein de l'OTAN, nous partageons des valeurs fondamentales de dignité, de démocratie et d'État de droit", a-t-elle fait valoir. Berlin et Washington "doivent faire front commun et relever les grands défis de notre époque, côte à côte dans l'épreuve sévère de la pandémie de coronavirus, côte à côte dans la lutte contre le réchauffement climatique et ses conséquences mondiales, dans la lutte contre le terrorisme", a détaillé Mme Merkel. "Les Allemands et les Européens savent que nous devons prendre davantage de responsabilités dans ce partenariat" avec les États-Unis, a ajouté la chancelière allemande, qui assure jusqu'à la fin de l'année la présidence du Conseil de l'Union européenne. "L'Amérique est et restera notre principale alliée, mais elle attend de nous, à juste titre, que nous fassions davantage d'efforts pour assurer notre propre sécurité et pour défendre nos convictions dans le monde", a fait valoir la dirigeante allemande, qui quittera le pouvoir en 2021. L'Allemagne, qui entretient traditionnellement une relation étroite avec les États-Unis, a subi durant quatre ans des critiques récurrentes et parfois véhémentes de Donald Trump, notamment sur sa contribution au budget de l'Otan et sur l'excédent commercial allemand. (Belga)
© 2020 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info