L'émissaire de l'ONU au Yémen nommé adjoint de Guterres pour les Affaires humanitaires

Publié le à Nations unies

L'émissaire de l'ONU pour le Yémen, le Britannique Martin Griffiths que les rebelles Houthis ont récemment refusé de voir, a été nommé secrétaire général adjoint de l'Organisation pour les Affaires humanitaires, ont annoncé mercredi les Nations unies.Ce poste d'adjoint au chef de l'ONU Antonio Guterres, qui est à l'origine de cette nomination, est ainsi conservé par le Royaume-Uni, qui le détient depuis 2007.  Malgré une résolution de l'Assemblée générale de 1992 qui avait proscrit tout "monopole" des grandes puissances sur les postes importants à l'ONU, cette longévité se retrouve aussi pour les fonctions d'adjoints pour les Affaires politiques et les Opérations de paix. Ces deux autres postes clés auprès du secrétaire général sont détenus depuis longtemps respectivement par les Etats-Unis et la France. Apprécié des membres du Conseil de sécurité, voire taquiné pour un optimisme à tout crin en dépit de situations dramatiques, Martin Griffiths, 69 ans, est émissaire de l'ONU pour le Yémen depuis 2018. Ce pays, au bord de la famine, connait actuellement la pire crise humanitaire au monde, selon l'ONU. Comme son prédécesseur, le Mauritanien Ismaïl Ould Cheikh Ahmed, Martin Griffiths n'est pas parvenu à faire arrêter le conflit meurtrier qui s'y poursuit depuis des années et s'est même intensifié récemment. Vendredi, Washington avait dénoncé un refus récent des Houthis de rencontrer l'émissaire de l'ONU, qui aurait permis, selon l'administration américaine, d'aller vers une solution au conflit. Ismaïl Ould Cheikh Ahmed avait lui aussi, avant son départ, subi une rupture de relations avec les Houthis. "Un médiateur ne peut obliger les parties à négocier", a plaidé mercredi devant le Conseil de sécurité l'émissaire de l'ONU, lors d'une réunion mensuelle sur le Yémen, en déplorant une "escalade sans relâche" des violences commises par les Houthis à Marib, dans le centre du pays. Aux Affaires humanitaires, Martin Griffiths succédera à une date non précisée à son compatriote Mark Lowcock, qui avait réclamé en début d'année de retrouver sa famille restée au Royaume-Uni, selon une source proche. Ex-diplomate britannique, né le 3 juillet 1951, M. Griffiths avait été avant le Yémen directeur de la fondation European Institute of Peace à Bruxelles, et participé à la création du Center for Humanitarian Dialogue à Genève, spécialisé dans le dialogue politique. Au préalable, il a aussi été conseiller de l'ex-chef de l'ONU Kofi Annan lors de négociations sur la Syrie et coordinateur humanitaire de l'ONU pour la région des Grands lacs en Afrique dans les années 1990. En 1994, Martin Griffiths avait été nommé directeur des Affaires humanitaires de l'ONU à Genève puis en 1998 chef-adjoint à New York de l'OCHA (Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU), qu'il va désormais prochainement diriger. (Belga)
© 2021 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info