L'Equateur pour un front régional contre une baisse du prix de la banane

Publié le à QUITO (ECU)

L'Equateur, premier exportateur mondial de banane, propose que les pays producteurs en Amérique latine s'organisent contre l'intention de la chaîne allemande de grande distribution Aldi de payer la caisse de fruits un euro de moins en 2019."Nous devons organiser un front de tous les pays producteurs de la région pour éviter qu'Aldi applique cette iniquité", a déclaré mardi à l'AFP le directeur de l'Association des exportateurs de banane d'Equateur (AEBE), Eduardo Ledesma. Il a déploré qu'Aldi, qui possède des supermarchés en Europe et aux Etats-Unis, entende appliquer cette décision "unilatérale et sans équité", qui selon lui constituerait en outre une "taxe douanière parallèle" au sein de l'Union européenne. La caisse de bananes d'un poids de 43 livres se vend actuellement huit dollars (environ 6,9 euros). "Nous ne pouvons en aucun cas permettre cette réduction d'un euro par caisse car cela affecterait toute la chaîne bananière", a ajouté le directeur de l'AEBE. Les pays producteurs d'Amérique latine, dont la Colombie et le Costa Rica, analyseront ce dossier mercredi dans le cadre d'un forum international du secteur à Guayaquil (sud-ouest), siège de l'AEBE, selon M. Ledesma. "Il faut élaborer des stratégies régionales", a-t-il ajouté, précisant que l'Amérique latine génère 75% des exportations mondiales de banane. Depuis le début de l'année, l'Equateur a vendu environ 265 millions de caisses de bananes et prévoit de terminer 2018 à 330 millions. Ses principaux marchés sont l'UE, en particulier l'Allemagne, et la Russie, selon l'AEBE. La banane est le deuxième produit d'exportation de ce pays, après le pétrole, avec un chiffre d'affaires de plus de trois milliards de dollars en 2017 et 2,1 milliards entre janvier et août de cette année, selon la banque centrale. (Belga)
© 2019 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.