La magistrature séduit toujours moins

Publié le à BRUXELLES (Belgique)

Le nombre de candidats magistrats est en chute libre ces cinq dernières années, constate le Conseil supérieur de la Justice (CSJ). Une observation qui n'est donc pas neuve, mais qui a poussé le CSJ à s'interroger sur les raisons de ce manque d'intérêt. Il ressort d'un sondage mené auprès de plus de 500 avocats en collaboration avec les Ordres des Barreaux que les avocats restent majoritairement intéressés, mais qu'ils sont de moins en moins nombreux à franchir le cap de l'examen. Le dernier appel à candidatures en a encore été la preuve: seuls 137 avocats se sont inscrits du côté francophone et 141 du côté néerlandophone, alors qu'ils étaient encore respectivement 256 et 296 en 2014. Il ressort du sondage que si les avocats, tant au nord qu'au sud, restent intéressés par le métier de magistrat, notamment pour son attractivité intellectuelle et son rôle sociétal important, ils estiment cependant que les aspects négatifs de l'environnement, des conditions de travail ainsi que des conditions financières ne sont pas suffisamment compensés. "Les diverses réformes au sein de l'organisation judiciaire (autonomie de gestion, mobilité,..) semblent également jouer un rôle dissuasif." "Ces inquiétudes, qui éloignent les candidats potentiels, appellent une réflexion en profondeur de tous les acteurs et décideurs, en ce compris évidemment et surtout politiques, permettant de susciter à nouveau l'attrait des éléments les plus prometteurs vers la magistrature, fonction essentielle pour la bonne et juste organisation de notre démocratie", conclut le CSJ. (Belga)
© 2019 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.