La réunion entre la ministre et les syndicats de police a permis de renouer le dialogue

Publié le à BRUXELLES (Belgique)

La réunion avec la ministre de l'Intérieur, Annelies Verlinden, et un représentant du ministre de la Justice, Vincent Van Quickenborne, a permis de renouer le dialogue social, ont estimé mercredi à la sortie de la réunion les syndicats policiers SLFP Police et SNPS (Syndicat national du personnel de police et de sécurité). "La ministre a réussi à remettre le train du dialogue social sur les bons rails mais les prochaines étapes seront toutes aussi importantes", a prévenu Vincent Gilles du SLFP Police, faisant référence à la prochaine réunion fixée le 25 novembre afin de formaliser les discussions. "Il s'agissait d'une rencontre informelle mais le but a été atteint", a pour sa part précisé Thierry Belin, secrétaire général du SNPS. Parmi les points soulevés par les syndicats figuraient notamment les violences subies par les policiers. "M. Van Quickenborne va bientôt réunir le Collège des procureurs. Environ 30% des dossiers liés à des violences faites aux policiers sont classés sans suite. Le ministre a fait savoir par l'intermédiaire de son représentant présent à la réunion que chaque dossier devra être étudié", s'est réjoui M. Belin. "La protection de ceux qui garantissent notre sécurité, est une priorité absolue. Nous ne pouvons donc pas ignorer les faits de violence commis à leur égard", a martelé Annelies Verlinden. La police fédérale a aussi prévenu lors de cet échange qu'elle se portera partie civile pour tous les faits relatifs à des violences à l'encontre de la police. Parmi les autres points, la ministre s'est engagée "à rendre plus rapide le paiement des frais de déplacements en période Covid, c'était acquis mais on l'attendait toujours", a détaillé M. Belin. Les syndicats ont aussi obtenu un engagement par rapport à "l'application d'une circulaire de la fonction publique qui touche à des congés dans le cadre du Covid-19 pour faciliter la vie des parents qui doivent accueillir un enfant en extrême urgence", a expliqué Vincent Gilles. "Elle a aussi accepté une évaluation de l'accord sectoriel passé avec son prédécesseur, c'est aussi une bonne chose parce que nos échelles barémiques sont au niveau de la fonction publique ou en-dessous, et il faut un ajustement", a-t-il ajouté. Mme Verlinden s'est par ailleurs montrée favorable à faire reconnaître la Covid-19 comme une maladie professionnelle pour le personnel de police, se sont réjouis les syndicats. Le budget de la police sera progressivement rehaussé au cours de la période 2021-2024. Une part importante sera investie chaque année dans le recrutement de 1.600 nouveaux effectifs, a rappelé la ministre. (Belga)
© 2020 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info