Lancement d'une consultation citoyenne sur le site de l'Assemblée nationale

Publié le à PARIS (FRA)

Une consultation citoyenne sur l'incendie de l'usine Lubrizol à Rouen est accessible sur le site de l'Assemblée nationale depuis lundi et jusqu'au 31 décembre pour recueillir "l'opinion" du public "sur la gestion" de la crise. Cette consultation, annoncée mardi, a été lancée par la mission d'information de l'Assemblée nationale sur l'incendie. Sous forme d'un questionnaire, elle demande par exemple aux citoyens s'ils se sentent "suffisamment informés sur la présence des sites industriels à proximité de chez eux et des dangers liés à ces sites". Elle est ouverte à tous les citoyens français, même si les habitants du département de Seine-Maritime font l'objet de davantage de questions, afin de "saisir plus spécifiquement leur ressenti et leurs réactions face à une crise qu'ils ont vécue". Les résidents de Seine-Maritime peuvent par exemple dire s'ils "ont peur de consommer l'eau du robinet suite à cet incendie" ou non. Les résultats seront ensuite analysés et ajoutés aux travaux en cours de la mission d'information, présidée par le député PS de Seine-Maritime Christophe Bouillon. Les données complètes seront disponible en "open data", pour une consultation large du public. Pour faire toute la lumière sur cet incendie dans lequel plus de 5.000 tonnes de produits chimiques ont brûlé, l'Assemblée nationale a lancé début octobre cette mission d'information, qui conduit depuis des auditions. Une commission d'enquête, aux pouvoirs d'investigation plus étendus, n'a pas été jugée souhaitable en raison de l'enquête judiciaire en cours. (Belga)
© 2019 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info