Le cdH dénonce le revirement sur le double droit passerelle

Publié le à Bruxelles (Belgique)

Le cdH a dénoncé mardi l'absence de double droit passerelle pour les commerces non essentiels qui peuvent ouvrir uniquement sur rendez-vous. Aux yeux des centristes, ce choix démontre la méconnaissance de réalité vécue par ces établissements."Les statistiques de ce week-end montrent qu'une ouverture sur rendez-vous des commerces se traduisait par une diminution de 85% du chiffre d'affaires. Alexander De Croo avait annoncé que les mesures sanitaires fortes auraient pour contrepartie le soutien nécessaire. Clairement, ce n'est pas le cas. C'est un choix dicté par des raisons budgétaires qui méconnaît la réalité de nos commerçants", a dénoncé la députée Vanessa Matz. Mercredi, dans la foulée du comité de concertation, le ministre des Indépendants David Clarinval avait annoncé que les exploitants de commerces non essentiels, qui peuvent recevoir leurs clients uniquement sur rendez-vous, auraient droit au double droit passerelle comme les exploitants tenus de fermer leur activité (salons de coiffure, de beautés, etc.) mais la mesure n'avait pas été avalisée. Ces commerçants peuvent toutefois prétendre au droit passerelle simple s'ils démontrent une perte substantielle de leur chiffre d'affaires. (Belga)
© 2021 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info