Le chef de la junte en Guinée va prêter serment comme chef de l'État

Publié le à Conakry

Le chef de la junte au pouvoir depuis un mois en Guinée, le colonel Mamady Doumbouya, va prêter serment vendredi comme président de ce pays pauvre malgré ses richesses naturelles, pour une période de transition à la durée et au contenu toujours inconnus.Le commandant des forces spéciales qui ont renversé le président Alpha Condé le 5 septembre doit jurer devant la Cour suprême, lors d'une cérémonie prévue à partir de 12H00 (locales et GMT) au palais Mohammed-V de Conakry, "de préserver en toute loyauté la souveraineté nationale", de "consolider les acquis démocratiques, de garantir l'indépendance de la patrie et l'intégrité du territoire national". La cérémonie a lieu la veille de la fête nationale célébrant la déclaration d'indépendance de 1958 vis-à-vis de la France. Ce vendredi a été déclaré férié. Le colonel Doumbouya a pris la tête du troisième putsch en un an en Afrique de l'Ouest, après deux coups de force au Mali voisin. Lui et ses hommes l'ont mené à bien en quelques heures au prix d'un nombre indéterminé de vies humaines, les médias faisant état d'une dizaine ou une vingtaine de morts. Alpha Condé, 83 ans, est toujours détenu au secret. Ce coup d'État s'inscrit dans l'histoire tourmentée de ce pays éprouvé, dirigé pendant des décennies depuis l'indépendance par des régimes autoritaires ou dictatoriaux. Il a été largement condamné par la communauté internationale mais salué par des scènes de liesse parmi une population exaspérée par la pauvreté, la corruption et la répression des dernières années. Les militaires disent être passés à l'action pour mettre fin à ces maux. Le vœu fait par le colonel Doumbouya de rassembler lui a attiré l'assentiment de Guinéens divisés. La junte a dit avoir l'intention de rendre le pouvoir aux civils après des élections "libres" et démocratiques" à la fin d'une période de transition. Elle entend élaborer une nouvelle Constitution et la soumettre à référendum. Elle compte mener des réformes politiques et économiques "majeures", et restaurer la bonne gouvernance. Mais elle n'a jamais précisé combien de temps durerait cette transition, ni précisé ses plans. (Belga)
© 2021 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info