Le gouvernement britannique envisage d'installer des barrières flottantes dans la Manche

Publié le à BRUXELLES (België)

Le gouvernement britannique envisage d'installer des barrières flottantes dans la Manche entre la France et le Royaume-Uni, rapportent vendredi plusieurs médias britanniques, dont le Financial Times et la BBC, sur base de documents obtenus via des fuites. Le but de ces obstructions en mer est d'empêcher les migrants d'atteindre le Royaume-Uni par embarcation.Selon la BBC, le ministère de l'Intérieur britannique aurait contacté l'organisation "Maritime UK" au sujet de l'utilisation éventuelle d'une clôture de mer. Selon le Times, l'usage d'un canon à eau est également envisagé, pour créer des vagues et repousser les embarcations. Le gouvernement britannique s'est refusé à tout commentaire. Mais on confirme cependant qu'"il y a beaucoup de choses sur la table pour améliorer et innover le système d'asile". L'organisation Maritime UK a quant à elle indiqué qu'il n'était pas possible légalement, en vertu du traité SOLAS, de construire un mur frontalier en mer. Cette année, quelque 7.000 personnes ont déjà atteint le Royaume-Uni, souvent avec de petits bateaux, ce qui rend le voyage à travers la Manche très dangereux. La ministre britannique de l'Intérieur, Priti Patel, a déjà averti "qu'elle était déterminée à mettre fin à ce commerce criminel". Jeudi, on apprenait par ailleurs que le gouvernement britannique réfléchirait à la possibilité accueillir des migrants sur des îles lointaines au milieu de l'Atlantique ou sur des navires désaffectés au large des côtes britanniques. (Belga)
© 2020 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info