Le marathon budgétaire a débuté au Parlement germanophone

Publié le à EUPEN (Belgique)

Le marathon budgétaire a débuté ce lundi soir au Parlement germanophone. Durant quatre soirs, les députés germanophones se pencheront sur le budget 2022, présenté en octobre dernier par le ministre-président Oliver Paasch.Ce lundi, ce sont les domaines couverts par la commission 1 à savoir la politique générale, les pouvoirs locaux, l'aménagement du territoire, le logement ou encore l'énergie ou les finances qui ont fait l'objet des débats. Comme à son habitude, l'opposition s'est montrée très critique et a détaillé les raisons qui la pousseront à voter contre ce projet de budget lors de la séance plénière de jeudi. Pour Patricia Creutz, du CSP, le déficit budgétaire sera bien plus important que les 15,1 millions d'euros avancés par Oliver Paasch. "Ce montant ne tient pas compte des investissements stratégiques qui sont neutralisés. Le déficit est donc bien plus important", a détaillé la députée qui estime également que les priorités n'ont pas été correctement définies. "Le plan d'investissement de 600 millions d'euros prévu par le gouvernement concerne des projets qui auraient pu être réalisés auparavant. C'est aussi le cas de la rénovation pour 50 millions d'euros du centre de Worriken. S'il est aujourd'hui dans un état déplorable, c'est qu'aucun travaux et investissement n'y ont été réalisés les années précédentes", a ajouté Patricia Creutz. Michael Balter, l'un des trois représentants du groupe Vivant, est lui aussi revenu sur la dette de la Communauté germanophone. "Elle s'élève aujourd'hui à plus de 630 millions d'euros. Elle n'a de cesse d'augmenter. Pour le moment les intérêts sont bas mais qu'en sera-t-il dans 5 ou 10 ans? Le gouvernement pense-t-il aux futures générations?", a interrogé l'élu qui a aussi souligné la pression qui pèse sur les citoyens et en particulier sur les non-vaccinés qui sont de plus en plus souvent exclus. Si comme les autres groupes de l'opposition les écologistes ne devraient pas se positionner en faveur du budget, Alfred Mockel a insisté sur la solidarité qui existe dans l'Est du pays ainsi que sur certaines mesures prises par le gouvernement, comme la revalorisation des salaires du personnel soignant. La dette est aussi l'une de ses préoccupations. "Elle est passée à plus de 500 millions d'euros et selon les simulations, elle devrait augmenter jusqu'en 2029 pour atteindre 1,2 milliard d'euros." Les écologistes sont évidemment favorables à l'efficience énergétique et aux rénovations en vue de consommer moins d'énergie, mais ils souhaiteraient que les projets soient réfléchis de manière plus durable. "Construire un nouveau bâtiment moins énergivore mais en doubler la surface n'a pas beaucoup d'intérêt? Il faudrait se limiter au strict nécessaire tout en ayant un conseil sur les matières utilisées par exemple." Les Verts souhaiteraient aussi une meilleure information des pouvoirs locaux quant aux primes et aides auxquelles peuvent prétendre les citoyens qui effectuent des travaux visant à consommer moins d'énergie. Les débats se poursuivront mardi, mercredi et jeudi avant le vote. (Belga)
© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info