Le musée de l'Afrique centrale estime les pertes dues au coronavirus à 1 million d'euros

Publié le à TERVUREN (Belgique)

Le musée royal de l'Afrique centrale de Tervuren estime la perte due à la pandémie de coronavirus à 1 million d'euros pour le moment, a indiqué son directeur Guido Gryseels mardi à Belga, confirmant une information de ROBtv. Le musée compte puiser dans ses réserves financières historiques et réduire ses coûts, mais espère aussi que les autorités interviendront dans l'achat d'équipements de protection. L'arrêt des ventes de tickets n'explique pas toutes les pertes. D'autres éléments s'y ajoutent, comme les revenus du restaurant et du magasin, le fait de ne plus pouvoir vendre des publications ou d'avoir dû acheter des équipements de protection. "Le calcul prend aussi en compte que nous pourrons probablement accueillir moins de visiteurs longtemps après la réouverture", a détaillé Guido Gryseels. Ce chiffre pourrait augmenter selon l'évolution de la pandémie, a-t-il précisé. Les autorités compétentes ont autorisé le musée à puiser dans ses réserves financières historiques. "Nous réaliserons également des économies en interne", a ajouté le directeur. Il espère enfin que le gouvernement compensera les frais de masques, de produits désinfectants et d'autres équipements de protection en vue de la réouverture. Si le déconfinement se déroule comme prévu, le musée pourrait rouvrir le 18 mai sous certaines conditions. Guido Gryseels souligne qu'aucun groupe ne sera admis dans un premier temps. Maximum 600 personnes par jour pourront visiter le musée et chaque visiteur disposera de 10 mètres carrés dans les salles. En attendant, le musée a partagé certaines de ses collections en ligne. Le film "Stop Filming Us", qui aborde la façon dont les cinéastes occidentaux filment l'Afrique, sera diffusé sur Internet le jeudi 30 avril. Un débat suivra la projection. (Belga)
© 2020 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info