Les compagnies aériennes ne s'attendent pas à des conséquences à long terme

Publié le à Bruxelles (Belgique)

Les compagnies aériennes ne s'attendent pas à des conséquences à long terme à la suite de l'invasion russe de l'Ukraine, selon l'Iata, organisation de quelque 300 compagnies aériennes réalisant plus de 80% du trafic mondial. Elles s'attendent à ce que le nombre de passagers en 2024 soit plus important qu'avant la pandémie de coronavirus.À court terme, la reprise du trafic aérien sera tout de même retardée en raison de la guerre et des sanctions envers la Russie. L'Iata s'attend à ce que les compagnies transportent en 2024 4 milliards de passagers, contre 3,6 milliards en 2019, avant la pandémie. L'an dernier, le nombre de passagers n'atteignait même pas la moitié de celui de 2019 (47%). Mais la demande a à nouveau augmenté depuis les campagnes de vaccination et l'abandon de certaines mesures. Cette année, le flux de passagers devrait atteindre 83% par rapport à 2019, et 94% l'an prochain, estime l'Iata. Selon Willie Walsh, directeur général de l'organisation, il y a suffisamment de raisons d'être positif quant à la reprise. "Le chemin est encore long avant un retour à une situation normale, mais les prévisions donnent de bonnes raisons d'être optimistes." L'Iata appelle les autorités à lever les restrictions toujours en cours, comme les tests et les obligations de quarantaine, pour les personnes vaccinées. (Belga)
© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

A lire également

Notre Sélection d'annonces avec LOGIC-IMMO.BE

Fil info