Les deux principales centrales électriques du Liban à l'arrêt par manque de carburant

Publié le à Beyrouth

Le Liban se retrouve privé d'électricité samedi après-midi, les deux principales centrales du pays étant à l'arrêt en raison d'une pénurie de carburant. Le redémarrage ne se fera pas avant plusieurs jours, selon une source gouvernementale interrogée par Reuters.Les centrales électriques de Deir Ammar et de Zahrani ont cessé de fonctionner samedi à midi. Depuis des mois, l'approvisionnement en électricité est l'un des nombreux problèmes auxquels est confrontée la population libanaise. L'électricité étatique est désormais coupée jusqu'à 22 heures par jour. Les générateurs de quartiers, qui prennent habituellement le relais, sont également contraints de rationner le courant, en raison des pénuries de carburant et d'une explosion des prix. La grave crise économique que traverse le pays, l'une des pires au monde depuis le milieu du XIXe siècle selon la Banque mondiale, a plongé la moitié de la population dans la pauvreté. Depuis 2019, la valeur de la livre libanaise a chuté de 90%.  La population est descendue dans la rue à plusieurs reprises, mais l'élite politique de Beyrouth est très lente à agir. L'ancien gouvernement était tombé après l'explosion dévastatrice survenue en 2020 dans le port de la capitale, qui avait causé plus de 200 morts. Le nouveau a seulement pris ses fonctions en septembre dernier. (Belga)
© 2021 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info