Les géants des pesticides actifs pour protéger leur business, dénonce Foodwatch

Publié le à BRUXELLES (Belgique)

Les fabricants de pesticides poursuivent leur lobbying malgré la pandémie de Covid-19 afin d'infléchir la politique européenne et de sécuriser leur "business toxique" hors Europe, dénonce vendredi Foodwatch en France, en Allemagne, aux Pays-Bas et en Belgique. L'organisation de défense des consommateurs lance une pétition européenne. L'organisation Foodwatch a mis la main sur un document adressé par Bayer à la Commission européenne mi-mars. L'entreprise y fait pression pour réclamer le statu quo sur les pesticides, c'est-à-dire pour ne pas durcir les normes actuelles comme l'envisageait l'Union européenne, au nom du développement économique et durable. Les géants Bayer-Monsanto, BASF et Syngenta essaient de continuer à fabriquer et exporter hors Europe des substances interdites parce qu'elles sont dangereuses pour la santé et l'environnement, dénonce Foodwatch. "Les résidus de ces pesticides bannis par l'Union européenne finissent par revenir en boomerang dans nos assiettes via nos importations. L'Europe prévoyait de réguler mais les mastodontes de l'agrochimie profitent du chaos de la crise pour que la situation perdure", alerte l'organisation. Les ONG s'inquiètent que les fabricants de pesticides obtiennent gain de cause pour le moment, de nombreux dossiers politiques étant reportés. La pétition lancée vendredi rappelle que 200.000 décès par intoxication aiguë dans le monde sont dus chaque année aux pesticides, en plus des impacts à long terme de ces produits sur la biodiversité et l'environnement. (Belga)
© 2020 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info