Les méthodes particulières de recherche sont approuvées dans le dossier "Paris bis"

Publié le à BRUXELLES (BELGIUM)

La chambre des mises en accusation de Bruxelles a déclaré, jeudi, régulières les méthodes particulières de recherche (MPR) dans le dossier dit "Paris bis", selon le parquet fédéral. Ce dossier concerne l'enquête menée en Belgique sur la préparation des attentats de Paris de novembre 2015. Le parquet fédéral envisage de demander le renvoi en correctionnelle d'une vingtaine de personnes, dans les prochaines semaines, lors du règlement de procédure devant la chambre du conseil. "Une vingtaine de personnes seront citées pour avoir, par un acte quelconque, si minime soit-il, participé aux activités d'un groupe terroriste, mais sans obligatoirement avoir eu connaissance de la destination finales des actes du groupe", avait expliqué Eric Van Duyse, porte-parole du parquet fédéral. Cette enquête vise plusieurs personnes vivant en Belgique et qui auraient été impliquées de manière indirecte dans les attentats de Paris, par exemple en ayant loué des logements ou des voitures pour les auteurs, en leur ayant prêté du matériel divers ou encore en leur ayant fourni ou fabriqué des faux documents d'identité. Le parquet fédéral a déjà précisé que la chambre du conseil pourrait décider in fine de prononcer un non-lieu pour certains inculpés, d'ordonner l'extinction de l'action publique pour d'autres annoncés morts, et de disjoindre les poursuites pour ceux qui seraient éventuellement renvoyés en correctionnelle. (Belga)
© 2020 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info