Les services de renseignement toujours plus intrusifs

Publié le à BRUXELLES (Belgique)

Les services de renseignement belges n'ont jamais mis en place autant de méthodes exceptionnelles d'enquête que l'an dernier, indiquent samedi le quotidien Le Soir et le magazine Knack après lecture du rapport 2019 du Comité R, l'organe de contrôle des services de renseignement. Entre 2018 et 2019, le nombre de ce type de méthodes est passé de 344 à 449 pour le compte de la Sûreté de l'Etat, de 28 à 76 pour l'organe militaire que constitue le Service général du renseignement et de la sécurité (SGRS).En 2019, la Sûreté a mis sur écoute 255 lignes téléphoniques, introduit 48 ordinateurs et observé ou pénétré 29 lieux non-accessibles au public, énumère Le Soir. Au SGRS, on dénombre 40 cas d'écoute téléphonique et 20 dossiers de collecte d'informations bancaires. Relèvent de ces méthodes exceptionnelles, la surveillance de lieux privés, l'interception de courrier, la collecte de données bancaires, l'intrusion dans un système informatique et la mise de téléphone sur écoute. Le Comité R confie encore au Soir avoir l'intention d'interroger les services concernés "afin de pouvoir interpréter ces chiffres en connaissance de cause". (Belga)
© 2020 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info