Les talibans nient les accusations d'"exécutions sommaires", qui "préoccupent" Washington

Publié le à Washington (Afghanistan)

Les talibans ont rejeté dimanche les informations faisant état d'"exécutions sommaires" d'anciens membres des forces de sécurité afghanes, qui "préoccupent profondément" les Etats-Unis et leurs alliés occidentaux."Nous sommes profondément préoccupés par les informations faisant état d'exécutions sommaires et de disparitions forcées d'anciens membres des forces de sécurité afghanes, comme l'ont documenté Human Rights Watch et d'autres", assurent une vingtaine de pays, dont la Belgique, le Royaume-Uni et le Japon, ainsi que l'Union européenne dans un communiqué publié par le département d'Etat américain. "Nous soulignons que les actions présumées constituent de graves violations des droits humains et contreviennent à l'amnistie annoncée par les talibans", a déclaré le groupe d'alliés, appelant par ailleurs les nouveaux dirigeants afghans à garantir que l'amnistie soit appliquée et "maintenue dans tout le pays et dans tous leurs rangs". Cette semaine, l'ONG Human Rights Watch avait publié un rapport qui, selon elle, documente "des meurtres ou des disparitions dont ont été victimes 47 anciens membres des Forces nationales de sécurité afghanes qui se sont rendus ou étaient détenus par les forces talibanes entre le 15 août et le 31 octobre". "Parmi les victimes figurent des membres du personnel militaire, des policiers, des agents des services de renseignement et des miliciens", précisait HRW. Les talibans ont rejeté ces accusations, jugées "injustes".  "Ces informations ne sont fondées sur aucune preuve. Nous les rejetons", a déclaré le porte-parole du ministère taliban de l'Intérieur, Qari Sayed Khosti, dans un message vidéo envoyé à la presse. "Il y a eu des cas de meurtres d'anciens membres des forces de sécurité" du gouvernement renversé l'été dernier, "mais à cause de rivalités ou inimitiés personnelles", a-t-il affirmé. "S'ils ont des documents et preuves, ils devraient nous les montrer", a-t-il ajouté à l'adresse des Occidentaux. Pour Washington et ses alliés, "les cas signalés doivent faire l'objet d'enquêtes rapides et transparentes, les responsables doivent pouvoir rendre des comptes et ces étapes doivent être clairement annoncées pour agir comme moyen de dissuasion immédiat de nouveaux meurtres et disparitions". "Nous continuerons de juger les talibans sur leurs actes", ont-ils aussi rappelé. Le porte-parole du ministère taliban de l'Intérieur a lui rappelé que les talibans avaient, après leur retour au pouvoir, décrété une amnistie générale pour toutes les forces de sécurité de l'ancien régime. Et qu'en vertu de celle-ci, nombre d'entre eux "vivent tranquillement" dans le pays, alors qu'ils ont "tué des centaines de combattants (talibans) et de civils" au cours des deux dernières décennies de guerre. (Belga)
© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info