Madrid donne deux semaines à la famille de Franco pour trouver un lieu de sépulture

Publié le à MADRID (ESP)

Le gouvernement espagnol, qui veut exhumer Franco de son mausolée, va donner deux semaines à la famille de l'ancien dictateur pour lui trouver une sépulture, faute de quoi il choisira le lieu lui-même, a indiqué lundi une source gouvernementale. "Vendredi, le conseil des ministres prendra une décision (définitive) sur l'exhumation. La famille aura deux semaines pour décider du lieu de l'inhumation et si elle ne le fait pas, le gouvernement décidera" du lieu, a indiqué cette source. Elle a toutefois précisé que la famille pourra déposer un recours contre le feu vert définitif à l'exhumation devant la Cour suprême, ce qui risque de la retarder encore. Arrivé au pouvoir en juin, le chef du gouvernement socialiste Pedro Sanchez a fait une priorité du transfert dans un lieu plus discret de la dépouille de Franco, enterré dans un mausolée pharaonique situé à une cinquantaine de kilomètres de Madrid. Mais les descendants du général, vainqueur de la guerre civile sanglante et chef de l'État de 1939 à 1975, ont déposé depuis des mois une batterie de recours en justice pour s'y opposer. Ils souhaitent transférer la dépouille dans la cathédrale de la Almudena, en plein cœur de Madrid, où est déjà enterrée la fille du dictateur, dans un caveau privé. Ce dont le gouvernement ne veut pas entendre parler. Pedro Sanchez est actuellement dans une passe difficile. Les indépendantistes catalans, sans qui il n'a pas de majorité, sont prêts à bloquer son budget mercredi, ce qui pourrait ouvrir la voie à des élections anticipées. (Belga)
© 2019 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.