Malgré une année "difficile", la sécurité alimentaire s'est améliorée en 2020

Publié le à Bruxelles (Belgique)

La sécurité alimentaire s'est améliorée de 6,5% en 2020 par rapport à l'année précédente, selon le baromètre de l'Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca) présenté à l'occasion de la publication de son rapport annuel, vendredi. Malgré une année "difficile" marquée par la crise du coronavirus, l'agence chargée de surveiller la sécurité de la chaîne alimentaire et la qualité de l'alimentation est parvenue à s'adapter pour mener ses missions à bien, a souligné Herman Diricks, administrateur délégué.L'amélioration de la sécurité alimentaire en 2020 est principalement due à l'augmentation du nombre d'inspections favorables dans l'Horeca, les cuisines de collectivité, chez les grossistes et les détaillants, explique l'Afsca. Le baromètre se base sur un éventail d'indicateurs pour donner une image de l'évolution générale de la sécurité alimentaire en Belgique. L'Afsca a mené 104.729 missions de contrôle l'an dernier, auprès de 56.892 entreprises. Il s'agit d'une baisse par rapport à 2019, mais une baisse voulue. L'agence a en effet souhaité réduire les risques et limiter les contrôles de routine là où se trouvaient des personnes à risque du coronavirus. Une large majorité des entreprises contrôlées étaient en règle (86,1%, contre 86,6% l'an dernier). Sur les 64.450 échantillons prélevés, 97,7% étaient conformes. Le secteur de la distribution présentait le moins bon taux de conformité, à 66,2%, contre 90% pour le secteur primaire (agriculteurs, abattoirs...) et 88,3% pour le secteur de la transformation. Trois quarts des contrôles n'ont donné lieu à aucune mesure. 14 % des interventions ont nécessité un avertissement de l'Afsca et pour 7,88%, un procès verbal a été dressé.  La crise du coronavirus a amené l'Afsca à adapter ses activités. L'agence a ainsi réduit le nombre de questions sur sa "check list" destinée aux contrôles, afin de continuer à protéger les consommateurs tout en passant moins de temps au sein des entreprises et donc réduire le risque de contamination lors des contrôles.  L'agence a aussi implémenté des assouplissements afin de réduire la charge administrative des entreprises touchées par la crise sanitaire comme l'Horeca. Dix millions d'euros ont également été investis pour permettre aux établissements d'être exonérés de leur contribution annuelle. Pour les entreprises qui devaient rester fermées, l'agence a en outre organisé des formations, sur les allergènes notamment. (Belga)
© 2021 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info