Mobilisation des chauffeurs liés à Uber devant le parlement bruxellois

Publié le à Bruxelles (Belgique)

Environ 70 chauffeurs LVC (Location de Voiture avec Chauffeur) liés à la plateforme Uber, selon l'estimation de la police de Bruxelles-Ixelles, ont manifesté mardi matin, à partir de 08h00, en face du parlement bruxellois pour appeler à des mesures transitoires leur permettant de reprendre le travail d'ici l'entrée en vigueur du futur plan Taxi.Il n'y a pas eu de blocage de la circulation. Les voitures des chauffeurs ont été garées dans les parkings avoisinants. Les manifestants ont déployé des banderoles clamant: "Solution transitoire, Réforme équitable du secteur, Statut pour les chauffeurs LVC" et "Moratoire aux contrôles abusifs, Réforme équitable du secteur, Statut pour tous les chauffeurs". Ils abordaient également des pancartes sur lesquelles on pouvait lire: "L'intérêt public d'abord", "Stop à l'inaction, nous voulons une solution" et "Mafia Taxi out".  Les chauffeurs avaient aussi mis en place une tonnelle dans l'intention de s'installer pour toute la matinée. Ils ont écouté les débats parlementaires via internet. "On espère qu'une ordonnance 'Sparadrap' sera votée déjà vendredi, afin que tous les chauffeurs puissent recommencer à travailler", explique Fernando Redondo, le président de l'Association Belge des Chauffeurs de Limousine (ABCL). "Les parlementaires pourraient se pencher par la suite sur le plan Taxi, en négociation avec les différents interlocuteurs du secteur. Sans cela, les chauffeurs vont rester des mois sans travail. On est 2.000 aujourd'hui mis à la rue. On ne sait, pour le moment, pas faire autrement qu'avec la plateforme Uber, car il n'y a rien d'autre. Je pense que la question des plateformes doit être réglée avec le plan Taxi, mais on a besoin d'une solution dans l'urgence maintenant". Une nouvelle action est prévue vendredi matin devant le parlement bruxellois à partir de 08h00. Pour rappel, la Cour d'appel de Bruxelles a reconnu fin novembre l'usage de l'application Uber comme illégal. Elle a fondé sa décision sur l'ordonnance régionale de 1995 sur les services de taxis et les sociétés de location de voiture avec chauffeur. En conséquence, Uber a fermé sa plateforme bruxelloise le vendredi 26 novembre à 18h00. (Belga)
© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info