Navalny: Berlin veut des explications de Moscou, sous peine de sanctions

Publié le à BERLIN (DEU)

L'Allemagne a menacé mercredi la Russie de "sanctions ciblées et proportionnées" si elle n'apportait pas d'éclaircissements sur les conditions de l'empoisonnement de l'opposant russe Alexeï Navalny. "Il est clair que si les faits ne sont pas éclaircis et que si les informations nécessaires ne sont pas mises à disposition, des sanctions ciblées et proportionnées contre les responsables du côté russe seront inévitables", a affirmé le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas devant les députés au Bundestag. Le chef de la diplomatie a déclaré que l'Allemagne allait consulter ses partenaires européens mais également l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) afin de définir dans les "prochains jours" une réaction commune. Sans réponse de Moscou, "il n'y aura pas d'autre solution qu'une réponse internationale claire et sans équivoque", a-t-il ajouté, précisant qu'il ne s'agissait "en aucun cas d'un conflit bilatéral russo-allemand". Critique féroce du régime de Vladimir Poutine, Alexeï Navalny est tombé gravement malade le 20 août à bord d'un avion en Sibérie, pendant qu'il était en campagne électorale pour des scrutins locaux et régionaux. Il a été soigné dans un hôpital de Berlin et poursuit actuellement sa convalescence dans la capitale allemande. Plusieurs laboratoires, en particulier français, allemand et suédois, ont analysé des échantillons prélevés sur M. Navalny et conclu à un empoisonnement par un agent neurotoxique de type Novitchok. L'OIAC a également confirmé mardi l'usage de cette substance. "Il s'agit d'une grave violation des droits de l'Homme perpétrée avec un agent chimique de nature militaire et une telle chose ne peut rester sans conséquence", a expliqué M. Maas. Cet agent toxique avait déjà été utilisé contre l'ex-agent double russe Sergueï Skripal et sa fille Ioulia en 2018 en Angleterre selon les autorités britanniques, une affaire qui a provoqué une crise diplomatique internationale avec Moscou. Les éventuelles sanctions supplémentaires seront coordonnées au sein de l'Union européenne qui établira rapidement "une liste des personnalités individuelles" concernées par ces sanctions. La Russie est déjà depuis 2014 sous un régime de sanctions de la part de l'UE, en réponse à l'annexion de la Crimée. Le ministre allemand a pour le moment écarté l'éventualité de mesures à l'encontre d'entreprises impliquées dans le projet Nord Stream 2, conduit par la Russie et plusieurs pays européens, au premier chef l'Allemagne. Dans un entretien avec le journal Bild, M. Navalny a exhorté mercredi les Européens à aller plus loin dans leurs sanctions contre la Russie en interdisant notamment de séjour sur leur territoire des personnalités proches du président Vladimir Poutine. Le Kremlin a nié toute implication dans l'empoisonnement de l'opposant, jugeant les accusations contre la Russie "inacceptables". (Belga)
© 2020 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info