Nouveau procès Roundup: Monsanto (Bayer) condamné à verser 2 milliards de dollars

Publié le à SAN FRANCISCO (USA)

Un jury américain a infligé lundi un troisième camouflet de taille à Monsanto, détenu par l'allemand Bayer, en le condamnant à verser deux milliards de dollars à un couple atteint d'un cancer qu'il attribue au Roundup, selon les avocats des plaignants. Le jury a accordé "deux milliards de dollars" aux époux Pilliod au titre de dommages "punitifs" destinés à sanctionner le fabricant du désherbant au glyphosate, a annoncé un des cabinets d'avocats du couple, qui poursuivait le groupe agrochimique devant un tribunal d'Oakland, près de San Francisco (ouest). A ces deux milliards --un milliard par personne-- s'ajoutent 55 millions de dollars accordés à Alberta et Alva Pilliod à titre compensatoire (pertes économiques, préjudice moral...). Ce procès s'était ouvert fin mars, juste après la condamnation --pour les mêmes raisons-- de Monsanto à verser 80 millions de dollars à un septuagénaire atteint d'un lymphome non-hodgkinien qu'il attribuait au Roundup. Une nouvelle fois, le jury a estimé que Monsanto aurait dû prévenir des dangers possibles de son produit vedette. Le fabricant affirme toujours que le Roundup est sans danger. En août 2018, Monsanto avait été condamné à verser 289 millions de dollars à un jardinier atteint lui aussi de ce même type de cancer, une somme réduite ensuite à 78 millions par une juge. Dans un communiqué, Bayer s'est dit "déçu" de ce verdict et a annoncé son intention de faire appel, comme dans les deux procès précédents. Des milliers de procédures judiciaires contre le Roundup sont en cours aux Etats-Unis. (Belga)
© 2019 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.