Odebrecht change de nom après une série de scandales en Amérique latine

Publié le à SAO PAULO (BRA)

Le géant brésilien du bâtiment Odebrecht, impliqué dans une longue liste de retentissants scandales de corruption en Amérique latine, a annoncé vendredi qu'il adoptait un nouveau nom, Novonor."Nous n'effaçons pas le passé. Le passé ne s'efface pas", a déclaré Mauricio Odebrecht, représentant de l'actionnaire majoritaire, cité dans un communiqué du groupe arborant un nouveau logo où prédomine la couleur bleu. "Après tous les changements que nous avons mis en oeuvre et après avoir corrigé notre trajectoire, nous regardons maintenant vers ce que nous voulons être : une entreprise inspirée par l'avenir", a-t-il ajouté. Odebrecht a été l'entreprise la plus citée dans le cadre de la vaste enquête anticorruption Lava Jato (Lavage express) qui a conduit sous les verrous des dizaines de dirigeants politiques et chefs d'entreprise brésiliens. Parmi eux figurent Marcelo Odebrecht, l'ancien président de l'entreprise fondée en 1944 dans l'Etat de Bahia (nord-est). Lorsqu'ont débuté les premières enquêtes il y a six ans, Odebrecht employait dans le monde 180.000 personnes. Désormais Novonor "naît comme la holding d'un groupe qui compte 25.000 employés et six entreprises" actives dans les domaines de la construction, l'ingénierie, les routes, le pétrole et le gaz, l'immobilier, la pétrochimie et l'industrie navale, indique le communiqué. L'opération Lava Jato a mis au jour à partir de 2014 un vaste réseau de pots-de-vin versés par l'entreprise à des responsables politiques pour obtenir des contrats auprès de la compagnie publique de pétrole Petrobras. L'enquête a également permis de révéler des versements de pots-de-vin à des dirigeants politiques dans de nombreux autres pays d'Amérique latine. Selon le ministère américain de la Justice, Odebrecht a distribué pendant plus d'une décennie 788 millions de dollars dans une dizaine de pays d'Amérique latine et deux en Afrique. Après le Brésil, le Pérou est le deuxième pays le plus touché par cette affaire, où il a provoqué plusieurs crises politiques. Trois anciens présidents font l'objet d'enquête et un quatrième, Alan Garcia (1985-1990, 2006-2011), soupçonné d'avoir touché 20 millions de dollars, s'est suicidé en avril 2019 alors que la police venait l'arrêter. Odebrecht a été condamné à payer des réparations dans de nombreux pays, dont 2,6 milliards de dollars aux gouvernements du Brésil, des Etats-Unis et de Suisse. Marcelo Odebrecht, arrêté en 2015, a été condamné à 19 ans de prison. Sa condamnation a été réduite de dix ans après sa décision de collaborer avec la justice. Depuis fin 2017, il est en détention domiciliaire. (Belga)
© 2021 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info