Parentalité et salaires sont à la traîne dans l'égalité entre les sexes

Publié le à WASHINGTON (USA)

Les pays progressent vers une plus grande égalité entre les sexes, mais les femmes du monde entier continuent de faire face à des lois et des réglementations qui limitent leurs opportunités économiques et la pandémie a créé de nouvelles difficultés, selon un nouveau rapport de la Banque mondiale."Les réformes visant à éliminer les obstacles à l'inclusion économique des femmes ont été lentes et inégales dans de nombreuses régions" entre septembre 2019 et octobre 2020, a résumé mardi l'institution en dévoilant la 7e édition de son rapport intitulé "Femmes, Entreprises et Législation en 2021". L'étude fait apparaître que depuis la précédente publication en 2019, il y a eu peu de changement dans l'ensemble puisque les femmes n'ont toujours en moyenne que les trois quarts des droits accordés aux hommes. Au total, 190 pays ont été passés au crible contre 187 lors de l'édition précédente. Parmi les bons élèves, dix pays contre six précédemment -- la Belgique, le Canada (nouveau), le Danemark, la France, l'Islande (nouveau), la Lettonie, le Luxembourg (nouveau), le Portugal (nouveau) et la Suède -- obtiennent le score parfait de 100, ce qui signifie que hommes et femmes ont des droits égaux dans les domaines mesurés par la Banque mondiale. Parmi les mauvais élèves, le Yemen, le Koweit ou le Qatar obtiennent un score inférieur à 30. "Malgré les progrès accomplis dans de nombreux pays, il y a eu des inversions troublantes dans quelques-uns, notamment la restriction des déplacements des femmes sans l'autorisation d'un tuteur", a déploré David Malpass, président de la Banque mondiale, dans un communiqué. Rappelant que la pandémie de Covid-19 a exacerbé les inégalités existantes qui désavantagent les filles et les femmes (obstacles pour aller à l'école et conserver un emploi par exemple), il pointe du doigt que les femmes sont également confrontées à une augmentation de la violence domestique. Il y a toutefois des raisons d'espérer puisque malgré les difficultés de l'année dernière, de nombreuses économies ont fait de l'égalité des sexes une priorité, a commenté Mari Elka Pangestu, directrice générale chargée de la politique de développement à la Banque mondiale. De nombreux gouvernements ont mis en place des mesures pour permettre aux femmes qui travaillent de faire face à l'impact de la pandémie. Avant la pandémie, moins d'un quart des pays garantissait un congé légal pour s'occuper des enfants. "En raison de la fermetures d'écoles, près de 40 nouvelles économies dans le monde ont mis en place des politiques de congé ou de prestations pour aider les parents à s'occuper de leurs enfants", soulignent les auteurs. Pour autant, la parentalité -dont le congé parental- reste l'un des domaines qui laisse le plus de place à l'amélioration dans le monde. L'autre domaine d'amélioration potentielle est la rémunération puisque dans 100 pays sur 190, il n'y a pas de lois imposant un salaire équivalent femmes/hommes au même niveau de compétences. (Belga)
© 2021 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info