Plan taxi: environ 200 chauffeurs LVC manifestent devant le parlement bruxellois

Publié le à Bruxelles (Belgique)

Environ 200 chauffeurs LVC (location de voiture avec chauffeur), selon l'estimation de la police de Bruxelles-Ixelles, sont mobilisés depuis 08h00 vendredi matin en face du parlement bruxellois à Bruxelles contre la proposition d'ordonnance dite "Sparadrap" qui a été amendée par le gouvernement et dont le vote est attendu en séance plénière. Ils soutiennent le texte initial, qui permet à tous les chauffeurs de reprendre le travail.Des voitures ont entre autres été stationnées rue du Lombard. La circulation est maintenue sur une voie en direction du centre, mais coupée en sens inverse, vers la place du Grand Sablon. L'ambiance est sobre et austère, sans pancartes ou autres artifices. Fernando Redondo, le président de l'Association belge des chauffeurs de limousine (ABCL), a pris la parole pour donner sa lecture de la situation. "Aujourd'hui, le Sparadrap revu par M. Vervoort ne va plus permettre à tout le monde de retravailler. Les personnes de la majorité qui soutenaient la proposition initiale alternative dans l'attente du plan Taxi ont retourné leurs vestes en acceptant ce plan qui va laisser des chauffeurs sur la touche", a-t-il déploré. Il espère que la mobilisation des chauffeurs pourrait permettre un nouveau revirement de situation. Le gouvernement bruxellois est tombé d'accord jeudi sur une solution temporaire pour les chauffeurs LVC concernés par l'arrêt de la plateforme Uber X, que la multinationale américaine a décidé de fermer récemment à la suite d'une décision de la cour d'appel de Bruxelles. Celle-ci constatait l'irrégularité de son fonctionnement sur base de l'ordonnance régionale de 1995 régentant les taxis et LVC et définissait des astreintes à payer en cas d'exercice illicite. Fernando Redondo déplore notamment que seuls sont concernés dans le texte amendé les chauffeurs qui travaillaient dans le cadre d'une autorisation d'exploiter délivrée à la suite d'une demande introduite au plus tard le 15 janvier dernier, date d'un jugement précédent dans le dossier. Il critique aussi le fait d'écarter par ce texte les chauffeurs qui ne pourront pas démontrer qu'ils exerçaient cette activité au minimum 20 heures par semaine en moyenne, règle qui pourrait également porter atteinte aux conducteurs travaillant via la plateforme Heetch, non visés par les poursuites judiciaires. À la suite de la commission des Affaires intérieures qui s'est accordée jeudi soir sur la proposition, le vote est prévu vendredi en séance plénière. Une centaine de chauffeurs LVC liés à Uber avaient manifesté mardi devant le parlement bruxellois. Ils prévoyaient déjà alors de revenir vendredi en prévision du vote. (Belga)
© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info