Plus de neuf généralistes sur dix ont l'intention de se faire vacciner

Publié le à BRUXELLES (Belgique)

Neuf médecins généralistes sur dix (92%) ont l'intention de se faire vacciner contre le Covid-19, selon une enquête en ligne menée par le département universitaire de médecine générale de l'ULB auprès d'un demi-millier de practiciens que relaie samedi le site internet de la revue médicale Medi-Sphère. Les doutes de ces professionnels concernent surtout les effets à long terme des vaccins à ARN messager.L'enquête, tout à fait confidentielle, a drainé 490 participations, où le profil dominant sont des diplômés de la promotion 1991, dont un peu plus de la moitié exercent en solo, essentiellement en ville, et sont à plus de 90% allopathes, précise la publication. 92% d'entre eux ont donc l'intention de se faire vacciner, parmi lesquels 84% sont absolument assertifs sur la question. "Ce score reflète une évolution dans la réceptivité de la profession au vaccin, si on le compare aux 76% de 'oui probablement' et 'oui certainement' obtenus par une étude internationale conduite en automne 2020 en Belgique, France et Canada", écrit Medi-Sphère. Parmi les moins de 10% qui ne désirent pas se faire vacciner se trouvent plusieurs femmes enceintes et des généralistes immunisés qui ne se jugent plus prioritaires. Autre constat de l'enquête: ne pas avoir l'intention de se faire vacciner ne signifie pas qu'on est un généraliste anti-vaccin. Les arguments ne sont ainsi pas nécessairement radicalisés chez les participants qui ont un discours d'hésitation vaccinale (5,5% de l'échantillon). "Ce qu'on remarque surtout, dans le groupe, clairement majoritaire des pro-vaccin, c'est qu'il subsiste énormément de questions, par exemple sur les effets à long terme des vaccins à ARN. Il y a aussi beaucoup d'avis critiques sur la gestion de la crise et le manque d'implication des généralistes dans les décisions." La quasi-totalité (97,4%) des sondés trouvent d'ailleurs qu'ils ont un rôle à jouer dans la campagne à venir, y compris une partie de ceux qui ne se feront pas inoculer personnellement. Enfin, presque la moitié des participants, 46%, ont déjà été confrontés (par leurs patients, leurs proches, les médias,...) à des arguments anti-vaccination auxquels ils ne savaient pas répondre. (Belga)
© 2021 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info