Polémique autour d'un permis octroyé à l'entreprise chimique anversoise Evonik

Publié le à Bruxelles (Belgique)

L'entreprise chimique Evonik, située dans le port d'Anvers, a reçu un nouveau permis de la députation provinciale anversoise en novembre, malgré que l'entreprise émette plus d'azote que, par exemple, la centrale au gaz de Vilvorde. L'organisation environnementale flamande Bond Beter Leefmilieu va introduire un recours, écrit De Standaard vendredi.Après l'arrêt sur l'azote rendu au début de cette année et l'instruction ministérielle stricte que la ministre flamande de l'Environnement Zuhal Demir (N-VA) a publiée concernant les émissions d'azote dans l'octroi des permis, la crainte s'est fait jour que plus aucune activité industrielle en Flandre ne reçoive de tel permis. Le refus d'en octroyer aux projets de centrales à gaz de Tessenderlo et Vilvorde n'a ensuite fait qu'alimenter cette crainte, selon le journal. Mais la députation de la province d'Anvers (N-VA, CD&V) a toutefois accordé à Evonik un permis pour un ensemble d'installations chimiques qui émettront 810 tonnes d'oxydes d'azote (NOx) par an. C'est plus que les émissions d'azote de la centrale au gaz de Vilvorde, qui n'a pas reçu de permis de la députation provinciale du Brabant flamand (N-VA, CD&V, Open Vld). Selon l'organisation environnementale BBL, les émissions de PFOS sont également en cause. "Étant donné qu'Evonik rejette des PFOS dans l'Escaut, qu'elle ne prend pas de mesures pour réduire ses importantes émissions de NOx et qu'elle se moque de la réglementation européenne, elle n'aurait jamais dû se voir attribuer ce permis", affirme Tycho Van Hauwaert, responsable politique de Bon Beter Leefmilieu. Evonik réagit avec prudence. "Nous avons toujours respecté les normes d'émission conformément aux conditions d'autorisation existantes", assure le porte-parole Danny Erreweyaert. "Nous attendons maintenant le pourvoi en appel." La députation d'Anvers a des "règles plus souples" que celles du Brabant flamand, analyse Mieke Schauvliege, députée flamande Groen.  Elle dénonce "l'arbitraire dans l'interprétation de l'instruction ministérielle". (Belga)
© 2022 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info