Potager pollué aux métaux lourds à Bressoux: résultats rassurants pour les habitants

Publié le à LIEGE (BELGIUM)

La troisième phase de bio-monitoring, réalisée dans le cadre de la détection d'une pollution aux métaux lourds au potager collectif de Bressoux (Liège), a livré des résultats rassurants pour les non-utilisateurs. En effet, la population de Bressoux ne présente pas d'imprégnation particulièrement différente de celles mesurées dans d'autres populations belges ou européennes, a indiqué mardi le Service Public de Wallonie, lors d'une réunion d'information qui s'est déroulée à Bressoux.C'est en mai 2017 qu'une pollution aux métaux lourds a été mise au jour au potager collectif de Bressoux, dénommé Coin de Terre. Ce potager de six hectares, cultivé depuis près d'un siècle, est le plus grand de Wallonie. On dénombre environ 250 utilisateurs. L'étude Sanisol mise sur pied par le SPW visait à évaluer les risques pour la santé d'une exposition à des sols pollués de jardins communautaires destinés à la culture de fruits et légumes. Un bio-monitoring mené auprès d'une partie des utilisateurs a révélé un niveau d'imprégnation élevé à plusieurs métaux (plomb, arsenic, cadmium). De nouvelles investigations ont ensuite été réalisées auprès d'habitants de Bressoux non utilisateurs du potager. Il en est ressorti que la population de Bressoux ne présente pas d'imprégnation particulièrement différente de celles mesurées dans d'autres populations belges ou européennes. "Par conséquent, l'imprégnation des bénéficiaires du Coin de Terre de Bressoux serait davantage due à la combinaison de facteurs comportementaux, à savoir l'intensité de la fréquentation et de la consommation de fruits et légumes issus du Coin de Terre, et démographiques (âge, origine, genre, emploi...)", a précisé le SPW. Sur base des différents résultats, l'ISSeP (Institut Scientifique de Service Public), le SPW et le CHU de Liège ont formulé des recommandations communes. Il est ainsi conseillé de renforcer les mesures de prévention et de privilégier des pratiques culturales minimisant le contact récurrent avec le sol ou des poussières contaminées (maraîchage hors sol, placer une couverture végétale sur les surfaces non exploitées, poser des matériaux plus robustes sur les zones fréquemment piétinées...). (Belga)
© 2020 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info