RDC: le Sénat autorise des poursuites contre l'ancien Premier ministre Augustin Matata

Publié le à KINSHASA/ BRUXELLES (Belgique)

Le bureau du Sénat congolais a levé les immunités parlementaires du sénateur et ancien Premier ministre Augustin Matata Ponyo Mapon et autorisé le procureur général près la Cour constitutionnelle à engager les poursuites à son encontre pour détournement présumé de fonds publics, a rapporté la presse kinoise."J'ai l'honneur de vous transmettre la décision du bureau du Sénat portant autorisation des poursuites et levée des immunités du sénateur Augustin Matata Ponyo", a indiqué le président de la chambre haute du parlement de Kinshasa, Modeste Bahati Lukwebo, dans une lettre rendue publique lundi. Dans son réquisitoire du 24 juin, le procureur général près la Cour constitutionnelle, Jean-Paul Mukolo, avait indiqué M. Matata était soupçonné d'avoir conclu en 2011, alors qu'il était ministre des Finances, un protocole d'accord en vue de permettre au gouvernement congolais d'indemniser 300 commerçants étrangers en 1973 et 1974, victimes des mesures de "zaïrianisation" sous l'ère du dictateur Mobutu Sese Seko.  Selon la lettre du procureur adressée au Sénat, M. Matata, alors Premier ministre avait ordonné le décaissement de plus de 110 millions de dollars et près de 28 millions de dollars entre 2012 et 2013.   Des enquêtes menées au sein de la Direction de gestion de la dette publique (DGDP) n'ont trouvé aucune trace de l'existence de ces 300 personnes, ce qui avait poussé à l'époque le procureur général près la Cour de cassation à ouvrir un dossier contre M. Matata. "Il s'est avéré que les fonds décaissés à cette fin par le Trésor public ont bénéficié aux personnes complètement étrangères à ce processus [de "zaïrianisation"), souligne le réquisitoire adressé au Sénat. "Pour y parvenir, le sénateur (Matata Ponyo) en étant Premier ministre, a favorisé le décaissement par la procédure d'urgence des fonds publics qui n'ont pas atteint les véritables victimes, mais dont il s'est procuré des avantages illicites en utilisant lesdits fonds à son profit personnel", concluait le procureur général près la Cour constitutionnelle. Ministre des Finances puis Premier ministre de la République démocratique du Congo (RDC) d'avril 2012 à décembre 2016,  M. Matata était l'un des piliers du régime de l'ancien président congolais Joseph Kabila Kabange. Il a annoncé en mars dernier sa rupture avec le clan kabiliste, sans toutefois rallier l'Union sacrée de la Nation, mise sur pied par l'actuel chef de l'Etat, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo. (Belga)
© 2021 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info