Restructuration chez Proximus: plus de 1.500 emplois menacés dans les call-centers

Publié le à BRUXELLES (Belgique)

Plus de 1.500 emplois seraient menacés dans les call-centers travaillant pour Proximus, selon le syndicat socialiste Setca. "Ce sont plus de 1.500 personnes qui travaillent directement pour Proximus dans différents call-centers de notre pays comme Mifratel, Ikanbi, IPG, B-connected, Call Excell et d'autres centres d'appel plus petits. Ces travailleurs se trouvent quoi qu'il en soit dans une position particulièrement vulnérable, étant donné qu'une grande partie d'entre eux sont occupés dans les liens d'un contrat d'intérim", explique le Setca. Proximus a annoncé sa volonté de revoir les contrats avec les call centers externes. "Dans sa communication, le management se prononce explicitement en faveur de la délocalisation (near- et offshoring) des activités de call center. Aux sous-traitants de s'y atteler !", souligne le Setca. Le Setca a interpellé le ministre de l'Emploi Kris Peeters quant à la responsabilité de Proximus envers les sous-traitants et au maintien des emplois en Belgique. (Belga)
© 2019 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.