Roland-Garros - Gérard, battu en finale par Hewett : "Je n'ai pas réussi à porter l'estocade"

Publié le à PARIS (FRANCE)

Joachim Gérard (ITF 4) était déçu samedi à Paris après être passé tout près, à Roland-Garros, de remporter le premier titre du Grand Chelem en simple de sa carrière. Sur le court Suzanne-Lenglen, l'Ucclois, 31 ans, s'est en effet incliné 6-4, 4-6 et 6-3 contre le Britannique Alfie Hewett (ITF 3), 22 ans, lauréat de l'édition 2017, après avoir mené 3-1, 0-40 et encore 3-2, 40-15 dans le dernier set. "C'est une grosse déception", a-t-il déclaré à Belga, après sa défaite. "C'est ce qui prime à l'heure actuelle, même si je suis très content de mon tournoi. J'étais le meilleur sur le terrain au début de ce troisième set, j'étais le plus solide, mais en tennis, c'est celui qui réussit à faire le dernier point qui l'emporte. Je n'ai pas réussi à porter l'estocade et une fois qu'il est revenu à 3-3, j'ai complètement perdu pied. Je n'ai plus rien fait et ce genre de chose ne peut pas arriver à ce niveau-là. J'ai tout de suite reçu la punition derrière. Et j'ai perdu 6-3. Il y avait beaucoup de tension et je ne suis pas toujours parvenu à me relâcher. À l'arrivée, il a fait moins de fautes et il a été plus entreprenant que moi. Et c'est pour cette raison qu'il a gagné." Malgré la déception, bien légitime, Joachim Gérard reconnaissait aussi qu'il avait toutes les raisons de se montrer satisfait de son parcours à Roland-Garros. En quatre précédentes participations, le Brabançon n'avait ainsi pas réussi à gagner le moindre match sur la terre battue de la Porte d'Auteuil. Et là, il est passé à deux doigts de repartir avec le trophée. "C'est sûr que si on m'avait dit avant d'arriver ici que je disputerais la finale après avoir battu Kunieda au passage, je ne l'aurais pas cru. Je suis le premier à l'avouer", a-t-il poursuivi. "Le bilan est donc clairement positif. Je savais que j'étais capable de bien jouer sur terre battue et de me mettre en position de remporter des tournois du Grand Chelem. Je n'y suis pas encore arrivé, mais je constate que le travail qui a été mis en place ces derniers mois avec mon coach, Damien Martinquet, paie. J'ai beaucoup appris en une semaine. Il y a un sentiment de fierté. Maintenant, il faut continuer dans cette voie." (Belga)
© 2020 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info