Sissi promet plus d'équipements après l'incident du canal de Suez

Publié le à Ismaïlia (Belgique)

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a promis mardi que son pays se doterait de plus d'équipements adaptés pour être prêt en cas d'incident similaire à celui ayant bloqué le canal de Suez, voie cruciale pour le commerce maritime mondial.Cette déclaration survient au lendemain de la remise à flot de l'Ever Given, un immense porte-conteneurs qui s'était retrouvé coincé en travers du canal le 23 mars, bloquant le trafic pendant près d'une semaine. "Nous allons acquérir tous les équipements nécessaires pour le canal" afin d'être prêt en cas d'incident similaire, a assuré M. Sissi lors d'une visite à Ismaïlia, siège de l'Autorité du canal de Suez (SCA). M. Sissi n'a pas précisé quel équipement l'Égypte comptait acquérir mais l'amiral Ossama Rabie, président de la SCA, avait évoqué lundi de nouveaux remorqueurs. "La crise a montré à quel point le canal est important pour le monde", a ajouté le président, qui avait qualifié de "réussite" égyptienne les opérations de dégagement du porte-conteneurs. Lors d'un point presse sur un ponton avec des navires passant en arrière plan, M. Sissi a rejeté l'idée d'élargir la partie sud du canal, où s'est déroulé l'incident. "Économiquement, ce n'est pas utile", a-t-il déclaré, évoquant toutefois "d'autres projets pour relier la mer Rouge à la Méditerranée", notamment via un chemin de fer entre deux ports. Tout au long de la journée, plusieurs chaînes de télévision égyptiennes ont diffusé des images de navires traversant le canal, dont certains étaient de la même taille que l'Ever Given, soit plus de 200.000 tonnes et 400 mètres de long. Des dizaines de navires attendent encore aux deux extrémités du canal, long d'environ 190 kilomètres, qui voit passer environ 10% du commerce maritime mondial, avec près de 19.000 bateaux en 2020. Au total, 422 navires, chargés de marchandises, de pétrole ou encore de bétail, ont été bloqués et ce gigantesque embouteillage devrait prendre trois ou quatre jours pour se résorber, selon les autorités. Les premiers navires ont pu commencer à circuler sur le canal autour de 18h00 lundi soir. Plus d'une centaine l'ont emprunté jusqu'à 08h00, a déclaré mardi l'amiral Rabie. Lundi après-midi, les équipes techniques du canal, aidées notamment de Smit Salvage, société néerlandaise spécialisée dans le sauvetage de navires en détresse, avaient finalement réussi à remettre à flot le navire. L'amiral Rabie avait alors "proclamé la reprise du trafic", levant les inquiétudes qui pesaient sur le commerce maritime et l'approvisionnement en pétrole. Le navire géant, battant pavillon panaméen et exploité par l'armateur taïwanais Evergreen Marine Corporation, s'était retrouvé bloqué après s'être encastré dans la rive est. Les opérations de dégagement ont nécessité plus d'une dizaine de remorqueurs, ainsi que des dragues pour creuser le fond du canal, opération compliquée par la nature rocheuse du terrain. Des vents violents et une tempête de sable avaient d'abord été mis en cause, avant que M. Rabie n'évoque la possibilité d'"erreurs, humaine ou technique" à l'origine de l'échouement. Chaque jour d'immobilisation a entraîné, selon l'assureur Allianz, des pertes de six à 10 milliards de dollars. Mais le coût total de l'obstruction "restera gérable" pour le secteur mondial de l'assurance, a estimé mardi l'agence de notation financière DBRS Morningstar. La valeur totale des biens bloqués ou devant emprunter une autre route a différé selon les estimations, oscillant entre trois et plus de 9 milliards de dollars. Selon la SCA, l'Egypte a perdu entre 12 et 15 millions de dollars par jour de fermeture du canal. (Belga)
© 2021 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info