Soupçons d'espionnage autour de Huawei - Canada: la procédure d'extradition d'une cadre de Huawei entre dans sa phase finale

Publié le à VANCOUVER (Canada)

La procédure d'extradition vers les Etats-Unis de la directrice financière du chinois Huawei a repris lundi devant un tribunal canadien, pour la phase finale de cette bataille judiciaire doublée d'une crise diplomatique avec la Chine.Masque sur le visage, Meng Wanzhou est arrivée dans la matinée devant la Cour suprême de Colombie-Britannique à Vancouver. La fille du fondateur du géant chinois des télécoms avait été arrêtée fin 2018 à l'aéroport de cette ville à la demande des Etats-Unis, qui l'accusent d'avoir contourné les sanctions américaines contre l'Iran et veulent la juger pour fraude bancaire. Washington accuse Mme Meng d'avoir menti à un cadre de la banque HSBC en 2013 sur les liens entre Huawei et une filiale baptisée Skycom qui vendait des équipements de télécoms à l'Iran, exposant la banque à des sanctions américaines. L'intéressée a toujours nié ces accusations. Dès le début de l'audience, les avocats de Mme Meng ont affirmé que HSBC savait en 2013 que Huawei était propriétaire de Skycom, puis contrôlait la société à qui elle avait cédé ses parts en 2007, Canicula. "La banque savait que Skycom avait vendu ses actions à Canicula et la banque savait que Huawei contrôlait le compte bancaire de Canicula", a souligné l'un d'eux, Frank Addario. L'affaire a entraîné une crise diplomatique sans précédent entre la Chine et le Canada, son deuxième partenaire commercial après les Etats-Unis, et ces audiences interviennent dans une période particulièrement tendue entre les deux pays. La semaine dernière, le président américain Joe Biden a publiquement apporté son soutien au Canada pour exiger la libération de deux Canadiens arrêtés en Chine une dizaine de jours après l'interpellation de Mme Meng. Les services de renseignement américains craignent que Huawei, acteur clé de la 5G (génération ultrarapide de l'internet mobile), ne permette aux autorités chinoises d'utiliser ses équipements pour surveiller les communications et trafics de données des Etats-Unis. Les audiences doivent se terminer à la mi-mai, mais en cas d'appel, la procédure pourrait durer encore plusieurs années. (Belga)
© 2021 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info