TEC à l'arrêt: "le gouvernement wallon prendra ses responsabilités"

Publié le à BRUXELLES (Belgique)

"Le contrat de gestion de l'Opérateur de Transport de Wallonie (OTW) - le groupe qui chapeaute les TEC au sud du pays, ndlr - doit être respecté et le service minimum assuré, même par la FGTB", a affirmé sur Twitter le ministre-président wallon Willy Borsus selon qui son gouvernement "prendra ses responsabilités dès ce jeudi". En adoptant, fin janvier, le nouveau contrat de gestion de l'OTW, l'exécutif régional avait explicitement prévu "qu'en cas de mouvement ou de manifestation entraînant l'interruption de service, l'OTW alloue prioritairement le personnel disponible de manière à assurer la continuité du service public sur un maximum de lignes essentielles selon une priorisation préétablie". Or, malgré l'engagement du gouvernement en faveur d'un service minimum garanti, la circulation des bus TEC est fortement perturbée ce mardi en raison de la journée d'action organisée dans tout le pays par la FGTB. C'est particulièrement le cas dans la région de Charleroi où seuls 4% des bus du dépôt Genson circulaient peu avant 11h00 et à Liège où 80% des services ne sont pas assurés. La situation est moins chaotique dans le Brabant wallon - 68% des parcours y sont effectués - et dans la zone Namur-Luxembourg où le site des TEC ne fait état que de "quelques perturbations". Face à cette situation, le ministre régional des Transports, Carlo Di Antonio, a de son côté assuré, sur Twitter, qu'il proposera "au gouvernement wallon de notifier au groupe TEC le non respect d'une des dispositions du nouveau contrat de service public". (Belga)
© 2019 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.