Treize activistes exigeant l'urgence climatique en Australie arrêtés à Sydney

Publié le à SYDNEY (Australie)

Treize activistes de l'ONG Greenpeace ont été arrêtés mardi à l'aube en Australie, alors qu'ils menaient une action sur l'iconique pont qui enjambe la baie de Sydney. Trois d'entre eux étaient suspendus à des cordages et présentaient des pancartes exigeant des mesures en faveur du climat à quatre jours d'un scrutin fédéral. L'ONG plaide pour que le gouvernement déclare une urgence climatique. Vers 05h00 du matin, l'équipe de surveillance du pont, baptisé Harbour Bridge, a aperçu plusieurs personnes sur l'infrastructure, visitée par 2,7 millions de touristes annuellement. Certains activistes ont été détenus, en attendant l'arrivée de la police, mais d'autres ont grimpé sous le pont avant de se suspendre à l'aide de cordes durant l'heure de pointe, a confirmé un porte-parole de la police à SBS News. Dix activistes ont été emmenés au poste de police pour y être entendus avant que les forces de l'ordre interceptent les autres restés suspendus. L'ONG Greenpeace affirme que les activistes sont des grimpeurs professionnels et qu'ils ont été rejoints par des manifestants sur place. Les slogans "fin au charbon" ou "100% énergie renouvelable" étaient inscrits sur leurs pancartes. "L'Australie fait face à une urgence climatique", a déclaré le CEO de Greenpeace Australie, David Ritter, mardi. "Brûler du charbon est la première cause du changement climatique en Australie - nous sommes ici pour dire que ça suffit", a-t-il ajouté. L'Australie dépend du charbon pour sa production d'électricité et exporte également massivement ce combustible fossile. Cette dépendance contribue à placer le pays de 25 millions d'habitants comme le 10e émetteur de carbone par personne au monde, selon les chiffres 2017 du Global Carbon Atlas. L'action climatique s'est imposée comme une thématique centrale de la campagne électorale en Australie en vue du scrutin fédéral le 18 mai prochain. Greenpeace demande au Premier ministre Scott Morrison, candidat à sa réélection, de déclarer une urgence climatique et enjoint le prochain gouvernement à prendre des mesures en faveur du climat. Un récent sondage réalisé par l'institut Lowy indique que 61% des électeurs souhaitent que la question climatique soit traitée par le gouvernement, toutefois les promesses de campagnes des candidats conservateurs et travaillistes restent timides à cet égard. (Belga)
© 2019 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.