"Un débat public s'impose" autour des technologies omiques

Publié le à BRUXELLES (Belgique)

Les technologies émergentes regroupées sous le terme générique "omiques", qui permettent d'appréhender dans leur globalité des systèmes biologiques complexes et dynamiques, doivent faire l'objet d'un débat public compte tenu des limites éthiques et sociales existantes, selon un avis émis lundi par le Conseil supérieur de la Santé (CSS).Ces technologies, qui mettent en lumière une partie de ce qu'il se passe dans le corps humain, peuvent "amener la médecine personnalisée à un niveau supérieur en termes de prévention, de diagnostic et de traitement", explique le CSS. Chacune de ces techniques engendre un volume impressionnant d'informations souvent très sensibles qui doivent être analysées de manière appropriée en utilisant des modèles sophistiqués et des connaissances spécialisées, ce qui soulève bien des questions pour l'instance sanitaire, en plus des délicats sujets de vie privée, de sécurité et de protection des données. Le Conseil émet ainsi plusieurs recommandations "qui pourraient faire de la Belgique un pionnier des soins de santé omiques", telles que des campagnes d'éducation à propos des sciences omiques, l'organisation de ces dernières dans des centres d'expertise clinique gérant des bases de données nationales, la mise en place de formations spécialisées, une politique fiable et un encadrement juridique plus précis. (Belga)
© 2021 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info