Un test rapide sur base de l'air expiré en développement à Louvain

Publié le à BRUXELLES (Belgium)

Le centre de recherche technologique Imec et l'hôpital universitaire de Louvain travaillent au développement d'un test de dépistage du coronavirus basé sur l'air expiré et livrant un résultat en cinq minutes maximum. L'objectif est qu'un prototype puisse être utilisé à l'été 2021, a indiqué jeudi la ministre flamande de l'innovation Hilde Crevits. Le test de référence, le PCR, a pour inconvénient qu'il doit être réalisé par du personnel soignant qualifié et que son résultat se fait attendre plusieurs jours. Les tests antigéniques sont eux, en raison de leur complexité, considérés comme moins fiables. Enfin, les tests sérologiques, sur base d'un échantillon sanguin, ne permettent que de vérifier la production d'anticorps d'un patient. La solution développée à Louvain est censée confirmer en moins de cinq minutes si une personne est porteuse du virus et si elle est plus ou moins susceptible de le transmettre. Les chercheurs se basent sur les particules présentes dans les gouttelettes expirées. Des études ont montré que c'est à cet endroit que se trouve la principale route de transmission du virus. Ils sont désormais occupés à travailler sur la technologie et le matériel d'analyse nécessaires. La ministre Crevits a annoncé un soutien de 2 millions d'euros au projet, qui devrait être lancé à Brussels Airport à l'été 2021. (Belga)
© 2020 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info