Une action juridico-policière transfrontalière contre la culture de cannabis criminelle -2

Publié le à BRUXELLES (Belgique)

Une action juridico-policière contre la production et la culture de cannabis criminelles a eu lieu jeudi aux Pays-Bas, en Espagne et en Belgique, a annoncé le ministère public néerlandais. Quatorze personnes ont été arrêtées, dont une en Belgique, à Lanaken, et 14 voitures ont été saisies lors de perquisitions en divers endroits.Quatre personnes ont été arrêtées aux Pays-Bas: deux à Sittard, une à Maastricht et une à Oirsbeek. Tout comme le suspect de Lanaken, ils sont tous soupçonnés d'infractions à la loi sur les stupéfiants et de blanchiment d'argent. À la demande des autorités néerlandaises, des perquisitions ont également été effectuées dans dix bâtiments à Barcelone et dans les environs. Neuf autres suspects y ont été appréhendés. En plus des arrestations, la police a saisi des marchandises, dont environ sept voitures d'une entreprise automobile de la région de Beek, dans le Limbourg néerlandais. On soupçonne que la société a joué un rôle crucial dans la culture organisée du cannabis. Lors des perquisitions, des sommes d'argent, une arme à feu, des téléphones, des supports de données numériques et des vêtements de marque ont été confisqués. D'autres voitures ont été saisies à Sittard, Obbicht, Oirsbeek, Stein, Beek et Maastricht, ainsi qu'un véhicule en Espagne. Lors des recherches dans ce pays, 13.000 plants de cannabis, répartis sur cinq sites, ont été découverts. L'action se poursuivra pendant le reste de la soirée, notamment en Espagne. Les résultats définitifs seront annoncés vendredi. "Le trafic illégal de drogue met en danger des civils innocents en raison de ses violentes dérives, des cultures de cannabis inflammables ou encore du déversement de résidus de culture dans les réserves naturelles. Des criminels abusent d'entreprises légales pour blanchir d'énormes quantités d'argent et profitent des structures de la collectivité pour faciliter des pratiques illégales. Ce faisant, ils sapent l'Etat de droit", souligne le ministère public néerlandais. Aux Pays-Bas, il est notamment possible de fermer des bâtiments et de résilier des baux. (Belga)
© 2020 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info