V. Van Quickenborne demande au parquet de s'expliquer sur la libération des agresseurs de policiers à Ixelles

Publié le à BRUXELLES (Belgique)

Le ministre de la Justice Vincent Van Quickenborne (Open Vld) a demandé au parquet de s'expliquer sur la remise en liberté des agresseurs de policiers, lors d'un contrôle corona effectué samedi à Ixelles. Il attend une réponse à sa demande dimanche encore, a-t-il affirmé au cours de l'émission De Zevende Dag (Eén). À ses yeux, les faits eux-mêmes sont "scandaleux". "La police travaille dur pour veiller à l'application des mesures corona, également à Bruxelles", a-t-il commenté. Trois agents de la police locale d'Ixelles ont été légèrement blessés, samedi après-midi, lors d'un contrôle d'identité lié à la lutte contre le coronavirus, a indiqué la police locale. L'individu que les policiers voulaient contrôler s'est rebellé et d'autres personnes s'en sont mêlées, blessant les trois agents. Trois personnes ont été interpellées. Présentées au parquet, elles ont été remises en liberté. Le ministre de la Justice a souligné dimanche que cela ne signifiait nullement que ces personnes n'étaient pas coupables. S'il apparaît qu'elles ont commis des faits répréhensibles, elles seront déférées devant un Juge d'instruction, seront poursuivies et sanctionnées, a-t-il insisté. M. Van Quickenborne a également rappelé que l'accord de gouvernement prévoyait d'appliquer une tolérance zéro pour les faits de violence à l'égard de policiers. Pour lui, cela implique que tous les faits répréhensibles feront l'objet de poursuites dans le chef de leurs auteurs, seront jugés et sanctionnés. (Belga)
© 2020 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.

A lire également

Notre sélection d'annonces

Fil info